J-42 avant Préventica Paris     |     JE M'INSCRIS

C’est en planifiant que l’on devient planificateur.

Chronique François Vernoux
SECURITE DES LIEUX DE TRAVAIL || Gestion de crise - risques majeurs - PCA
/

En maitrise des risques (face à un risque répertorié), les plans sont utiles car adaptés à l’évènement et à vos potentiels humains et matériels mais lors d’une crise les plans manquent ou sont inadaptés. Alors, face à l’inédit, à l’absurde, à la malveillance, au manque de moyens, vous saurez faire face si vous maitrisez la planification.


Planificateur confirmé, vous serez, en effet, en capacité d’établir rapidement le plan dont vous avez besoin pour vous extraire de la situation de crise où vous pataugez.

Mais, comment devenir un planificateur ? En vous entrainant à planifier.
Nous avons vu (chronique 2) les bénéfices de l’entrainement pour les équipes d’intervention. Il en est de même pour le comité de planification. C’est en forgeant que l’on devient forgeron. C’est en planifiant que l’on acquiert la capacité de rédiger un plan adapté et pragmatique et ce même en situation de crise.
Cet entrainement bénéfique n’est pas vain, il est même productif. Il vous permet de compléter votre répertoire des risques et de consolider votre architecture de prévention et votre dispositif de protections.

Comment prioriser les risques à étudier ?
Naturellement, vous traitez en priorité vos risques récurrents puis les risques évidents pour envisager les risques dit rares. Vous serez attentif aux retex des entreprises ou institutions qui vous sont proches géographiquement ou par vos activités.  Ainsi, vous ne direz pas « On n’a jamais vu cela ». Vous aurez pris soin d’exploiter le passé de votre environnement. Naturellement, si vous êtes surpris par un risque inédit, vous réaliserez un retex qui inscrira ce risque dans votre répertoire et vous aurez à cœur de partager ce retex. Vous ferez alors du WEI JI (traité dans une prochaine chronique).
Certes, il est rare qu’un plan réponde entièrement aux besoins opérationnels du jour J ;  Il vous offre néanmoins une base facile à adapter (mieux que la page blanche). Vous gagnez du temps et, en opération, le temps est aussi déterminant que la logistique.

La planification réduit donc l’occurrence de crise en développant votre domaine de la maitrise des risques et vous donne la capacité de construire (ou d’adapter) le plan qui vous permettra d’exercer votre intelligence de situation si vous êtes en crise.

 

Prochain thème de la chronique :  L’intelligence de situation.
Précédent thème de la chronique : Les exercices, contrôles de la planification et des entrainements.

En savoir plus :

  • SITUATION DE CRISE, se préparer, faire face et CHEFFER, cet art complexe tout d’humanité    chez TERRITORIAL EDITIONS