J-38 avant Préventica Paris     |     JE M'INSCRIS

Les fiches opérationnelles, fertilisation de la planification

François Vernoux
SECURITE DES LIEUX DE TRAVAIL || Gestion de crise - risques majeurs - PCA
/

Première chronique de la série Gestion de crise dédiée à une bonne pratique applicable à tous les domaines d’activité (services, industrie, opérateur, municipalités, association, commerce…) ; En impliquant vos intervenants dès la planification, vous vous assurez de leur participation intelligente et proactive.


Vous avez rédigé un plan par risque répertorié, BRAVO !
Nous verrons dans des bonnes pratiques à venir comment vous assurer que ces plans sont opérationnels. Aujourd’hui, je vous propose de vous assurer que les intervenants désignés dans chaque plan se sont appropriés ce que vous attendez d’eux.
Un bon plan est celui écrit par vous et pour vous. Après avoir présenté vos plans à vos intervenants, vous allez leur demander de rédiger leurs fiches. Ainsi, vous vous assurez de leur compréhension et de leur préparation. Lors de cette corédaction, l’intervenant pourra vous questionner voire même vous proposer d’autres protocoles qu’il trouve plus adaptés à ses capacités. Le plan, par ces fiches, devient son plan. Il n’obéira plus, il participera.
Ces fiches reprennent les 5 items W de votre plan. Who, What, Where, When, hoW.
Le qui ? est indiqué en haut de la fiche : L’intervenant seul ou en équipe
Le quoi est repris mais ciblé sur l’intervenant.
Les où & quand sont rarement indiqués dans les fiches si ce n’est en rapport avec l’incident ou l’accident (Dans l’heure suivant l’alerte ; En amont de la fuite…)
Le comment ? est l’objet principal de chaque fiche : protocole, coordination, moyens disponibles, soutiens et appuis potentiels, transmission, limites d’actions, règles de sécurité…)
Ces fiches ne sont pas des ordres.
Ce sont des cadres qui explicitent les ordres opérationnels donnés en situation exceptionnelle voire de crise. Voilà pourquoi le « comment ? » en est l’objet.
Ces fiches complètent les fiches de poste.
Ceux qui écrivent les fiches de poste s’en félicitent. Ils assurent ainsi un continuum entre le temps calme, la tempête et le naufrage.
Ces fiches sont dites « reflexe » et « actions ».
Les fiches « reflexe » indiquent ce que l’intervenant doit effectuer dès l’alerte sans savoir ce qui se passe. Agir en amont des premiers ordres afin d’être prêt à… sans perdre du temps afin de ne pas être disqualifié d’emblée. A chaque type d’alerte : une fiche « reflexe » par intervenant.
Les fiches « actions » sont rédigées pour chaque plan voire chaque tactique. Chaque intervenant détient donc un jeu de fiches actions. Il appliquera celle qui lui sera désignée par le commandant des opérations internes.

Excellente pratique pour que chaque intervenant s’approprie ses missions et s’y prépare, les fiches opérationnelles vous évitent des pertes de temps inopportunes et participent à la sécurité opérationnelle. A CONSOMMER SANS MODERATION.

Prochain thème de la chronique : L’entrainement, terreau opérationnel.

Pour en savoir plus :