Les fonctionnaires en manque cruel de reconnaissance

stress infirmière
sante-qvt - Risques psychosociaux
/
21/10/2020 - Magali Rossignol

Soutien inestimable en cette période de crise sanitaire, la fonction publique souffre pourtant d’un déficit de popularité, entretenu par de nombreux préjugés.


La Fabrique Spinoza a présenté au Conseil d’Etat le 12 octobre son étude intitulée « Pour une fonction publique heureuse ». Réalisée avec le soutien de nombreux acteurs dont la Mutuelle Nationale Territoriale (MNT) en tant que partenaire majeur, cette étude met en exergue des agents de la fonction publique en recherche de sens et de reconnaissance mais qui déploient, à titre individuel et au niveau de leurs organisations, des trésors d’inventivité et de créativité pour remettre le bonheur au cœur de leur quotidien.

Au cœur de la gestion de cette crise sanitaire sans précédent, les agents de la fonction publique, fortement sollicités aujourd’hui via les systèmes de santé, d’éducation et autres instances publiques et gouvernementales, sont pourtant souvent encore malmenés. Ils sont plus de 5,5 millions à être souvent sur le devant de la scène pour maintenir un fonctionnement normal de notre société et représentent 20% de l’emploi total en France2.

Selon l’étude de l’Institut BVA réalisée en mai 2020, un quart des fonctionnaires estime avoir été en première ligne dans la lutte contre le coronavirus (26%). Le sentiment d’utilité et de fierté d’accomplir sa mission de service public est fort puisqu’ils sont 73% à déclarer s’être sentis fiers de leur mission et 72% utiles pendant cette crise sanitaire.
En revanche, ils ne sont que 37% à s’être sentis reconnus par la société et 31% valorisés. Ce déficit de reconnaissance de l’opinion publique est clairement identifié comme un facteur de démotivation des agents. Par ailleurs, facteur de renforcement, seuls 38% d’entre eux dans la territoriale se sentent reconnus par leur hiérarchie.

Des fonctionnaires souvent critiqués mais pourtant plus heureux dans leur travail que les salariés du privé : la fonction publique est plus satisfaite (60% [catégorie B] à 66% [catégorie C]) dans son travail que le privé (52% [non cadres]). Et de même pour les cadres. On compte 78% d’agents optimistes pour leur avenir et 81% des agents territoriaux fiers d’exercer leur métier.

Au travers de cette étude « Pour une fonction publique heureuse », de nombreuses initiatives déployées sur l’ensemble du territoire français sont mises en avant et démontrent à quel point la fonction publique est à l’écoute de ses agents pour améliorer leur quotidien. Contrairement à un cliché bien installé, c’est aujourd’hui le service public qui peut inspirer le privé et non le contraire, en termes notamment de qualité de vie au travail, de gestion des ressources humaines, de transformation et digitalisation des méthodes de travail ...

En savoir plus :

BATISOLATION