Reprise d’activité : comment prévenir les risques psychosociaux ?

Reprise d’activité : comment prévenir les risques psychosociaux ?
sante-qvt - Risques psychosociaux
/

Avec le confinement puis la reprise d’activité dans un contexte anxiogène, le risque de développement des risques psychosociaux est accru.
Comment agir pour éviter une aggravation des risques ?

L’INRS énonce 8 points clés pour gérer la reprise d’activité et le travail en cette période de pandémie, tout en préservant les salariés des risques psychosociaux :

Prévoir un temps d'accueil pour chaque salarié

Chaque salarié a vécu le confinement, le télétravail ou le chômage partiel de façon différente.
Alors que la reprise d’activité est d’actualité dans pratiquement toutes les entreprises, il est important de prendre en compte chaque situation individuelle et que le salarié puisse être reçu par son manager.
Prendre du temps pour écouter, tout en veillant à ne pas être trop intrusif, en respectant le désir ou le refus de parole et d’écoute de chacun, est primordial.

Anticiper les conséquences de la mise en place des mesures barrières et de distanciation physique

La mise en place des gestes barrières et des mesures de distanciation physique peut être une source d’inquiétude, tout comme le risque de transmission du Covid-19.
Il est important que le chef d’entreprise ou le manager prenne le temps d’expliquer les mesures mises en place, comment elles vont impacter l’organisation globale du travail et le travail de chacun.
Les mesures barrières doivent être correctement expliquées afin d’être bien comprises et appliquées.
Il faudra être attentif à ce que cette nouvelle organisation du travail ne soit pas source de conflit ou de stress.

Caissière

Organiser un retour d'expérience avec les salariés

Le confinement puis la reprise d’activité ont été des périodes particulières où les entreprises ont expérimenté de nouvelles façons de travailler, de nouveaux modes d’organisation.
Il est important de tirer un bilan collectif de cette période : ce qu’il y a à en retenir, les difficultés, les bonnes pratiques.
Cette période de réflexion sera notamment l’occasion de :

  • Reconnaitre les efforts qui ont été déployés pendant la crise
  • Appuyer et cultiver le sentiment d’utilité qu’ont pu ressentir les salariés
  • Examiner, au sein des équipes, la possibilité de formaliser et d’instituer les nouvelles façons de faire
  • Conserver et peut-être développer les nouvelles formes d’organisation du travail qui ont fonctionné
  • Identifier ce qui n’a pas fonctionné, et ce qui a pu être une situation de risque psychosocial pour les salariés
  • En tirer les enseignements pour mieux s’organiser, en cas de crise similaire à venir

Communiquer de façon transparente sur l’impact de la crise sanitaire pour l’entreprise

Dans cette période d’incertitudes économiques, les salariés peuvent être inquiets sur le devenir de leur entreprise et de leur emploi.
Il est utile de communiquer des éléments factuels sur la santé financière de l’entreprise et ses perspectives, en toute transparence.
Les modifications d’organisation, les évolutions dans l’activité de l’entreprise sont autant d’éléments d’information qui sont importants pour diminuer le sentiment d’insécurité lié à l’absence de communication.

Réunion

Faire attention à éviter la surcharge de travail

Si pour certaines entreprises l’activité n’est pas revenue à 100%, pour d’autres, la relance de l’activité s’est accompagnée d’une surcharge de travail pour rattraper le retard pris et les pertes financières.
Or, de nombreux salariés sont fatigués, sous tenson psychologique et anxieux.
Attention à ce que cette surcharge ne se prolonge pas trop dans le temps.

Restaurer le collectif de travail et repositionner l’encadrement de proximité

Le confinement et le télétravail imposé subitement ont pu entamer le collectif de travail. Les liens sociaux ont pu se distendre dans cette période de travail à distance ou d’absence complète d’activité.
Le retour à l’activité ne se fait pas pour tous de la même manière.
Il est donc très important de restaurer un esprit d’équipe, de retrouver la cohésion nécessaire pour affronter ensemble des périodes qui s’annoncent encore bouleversées par la pandémie mondiale.
Cette sortie de crise sanitaire peut constituer l’occasion, pour l’encadrement de proximité, de développer de façon plus importante des pratiques de management à partir de l’activité réelle des salariés, de ses conditions d’exercice concrètes.

Collectif

Réguler les tensions possibles entre salariés

Reprise d’activité différenciée selon les salariés (certains à 100%, d’autres encore en activité partielle), Attribution de primes aux salariés ayant travaillé pendant la crise, environnement de télétravail plus ou moins favorable… sont autant de situations pouvant être sources de tensions entre les salariés.
Il appartiendra au management de proximité de détecter ces sources de tensions et de les réguler en rappelant quelques éléments fondamentaux :

  • La crise sanitaire a été subie par tous
  •  Les changements d’organisation ont dû être décidés en urgence
  • - Aucune situation n’a été plus avantageuse qu’une autre ou en tout cas, pensée en tant que telle


Prévenir les risques d’agression et de violence envers les salariés

De manière générale, travailler en contact avec le public expose les salariés à des risques d’incivilités, d’agressions, de violences.
Ce risque est encore plus aigu en cette période de pandémie, avec les obligations liées à la crise : gestes barrières, port du masque, distanciation physique…
Les salariés en première ligne face au public devront être encore plus accompagnés et formés pour faire face à ces situations d’agression qui se multiplient.