L'événement de référence pour la santé et la sécurité au travail

Le brown out, ou lorsque l’absurde envahit le travail

Université Paris V-DESCARTES sera présent à Préventica Bordeaux 2018
2, 3, 4 OCT. - Parc des expositions

Après s’être intéressé au burn out puis au bore out, le Dr  François Baumann, spécialiste des pathologies liées à la souffrance au travail, met en lumière dans son dernier ouvrage une nouvelle forme de trouble psychosocial lié à la perte de sens au travail : le brown out.

Comment avez-vous détecté le brown out, cette nouvelle forme de souffrance au travail ?
J’ai été interpellé lors de mes consultations de médecine, par ce nouveau syndrome  de dépression dont souffrent de plus en plus de salariés. Il  s’agit d’une sorte de désespérance, on est fortement investi dans son travail, on travaille beaucoup puis arrive la sensation brutale que ce travail n’a plus  de sens. On ne croit plus à ce que l’on fait, s’installe alors une fatigue générale de la vie qui touche toutes les sphères : vie privée, vie professionnelle, loisirs…

Cette perte de sens touche-t-elle certaines professions ou certains profils en particulier ?
Oui comme pour le burn out, ce sont souvent des personnes à tendance perfectionniste, qui s’investissent et attendent en vain « qu’on leur rende la pareille ». Parmi les personnes souffrant de brown out, je retrouve également beaucoup de vocations déçues … médecins, soignants, enseignants, fonctionnaires. Ils ont choisi leur métier par vocation et leur quotidien au travail ne ressemble pas du tout à ce qu’ils avaient imaginé. Des infirmières qui ont perdu le goût de leur travail parce qu’elles passent plus de temps à faire de l’administratif qu’à s’occuper des malades, j’en rencontre beaucoup, surtout en milieu hospitalier.
Et puis il y a également ce que les anglo-saxons appellent les « bullshit jobs » ou « fake work » des métiers dont on a la sensation qu’ils ne servent à rien…

Peut-on revenir au travail après un brown out ?
Si rien n’a changé dans l’environnement de travail, cela me paraît difficile. Ou alors il faut avoir réalisé un énorme travail sur soi pour intégrer une nouvelle compréhension de ce que l’on fait « J’avais choisi ce métier pour sauver des vies, je passe plus de temps à remplir des papiers et j’accepte cette situation »
Pour la plupart des personnes ayant vécu un gros brown out, la guérison passera par une reconversion professionnelle en profondeur. Redonner du sens à son travail en analysant finement ce que l’on a envie de faire permettra de retrouver le chemin d’une vie professionnelle épanouie.

conférences

évements Preventica

EVALUATION DES RISQUES & DOCUMENT UNIQUE : Le Prevhackthon arrive à Bordeaux

FAP - Fédération des Acteurs de la Prévention - mercredi 3 oct. à Bordeaux

Culture sécurité et prévention des risques

MASE SUD OUEST - jeudi 4 oct. à Bordeaux

Qualité de vie au travail et collectivités territoriales

PREVENTICA - jeudi 4 oct. à Bordeaux

Et si on décidait d'être heureux, même au travail ?

AFNOR GROUPE - mardi 2 oct. à Bordeaux

Présents à Préventica 2018

Voir l'ensemble des partenaires