RDV à LYON 2022 ! |     JE M'INSCRIS

Les vétérinaires vont mal

MANAGEMENT RH / QVT || RPS / Incivilité / Santé mentale
/
02/06/2022

Selon une enquête commanditée par le Conseil national de l’ordre des vétérinaires et l’Association Vétos-Entraide, la santé mentale des vétérinaires est mauvaise. La profession semble frappée d’un taux de burn-out élevé et elle rencontre un taux de suicide bien supérieur à celui de la population générale.


Le but de l’enquête était simple : aider à comprendre deux éléments centraux de la santé des vétérinaires : le burn-out et les idéations suicidaires. Mais aussi, parvenir à identifier des solutions adaptées à cette profession.

Voici les principaux chiffres à retenir :

  • 4,7% des vétérinaires ont déjà tenté de se suicider
  • Ils ont un indice d'épuisement émotionnel 1,2 fois supérieur à celui des agriculteurs et 1,5 fois supérieur à celui de l'échantillon de référence de la population générale, qui conduit à un taux élevé de burn-out.
  • Ils sont 3 à 4 fois plus à risque de suicide que la population générale.
  • Ils sont 2 fois plus à risque de suicide que les professions de santé humaine.
  • 20% des vétérinaires auraient eu des idéations suicidaires au cours des 12 derniers mois.
  • 4,8% des vétérinaires interrogés ont déclaré avoir eu assez souvent, fréquemment ou tout le temps envie de se suicider dans les semaines ayant précédé l'enquête. 18,4% ont eu cette envie occasionnellement (données population générale Santé Publique France : 4,5% des femmes et 3,1% des hommes)
  • 37% des vétérinaires ont une addiction au travail ou "workaholisme"

Premier travail de ce type, l’étude sur la santé des vétérinaires a été réalisée par l’Université de Bourgogne Franche-Comté auprès de 17.5% de la population totale des vétérinaires français.

En savoir plus :