L'événement de référence pour la santé et la sécurité au travail

Les vibrations mains-bras

L’utilisation de certaines machines peut être à l’origine d’affections invalidantes touchant les mains et les bras.
On estime que le risque vibration concerne en France près de 2 millions de travailleurs principalement dans les secteurs du bâtiment, de la mécanique, de la métallurgie et des espaces verts.

vibration dans le bâtiment

Les effets des vibrations mains-bras sur la santé

Selon les individus, des troubles liés à l’exposition aux vibrations peuvent apparaître quelques semaines à quelques années après l’exposition.

Les symptômes se traduisent au départ par des douleurs dans les bras et les mains qui peuvent être associées à des gênes fonctionnelles : moindre sensation de toucher, perte de sensibilité au chaud et au froid, perte de dextérité…

A long terme, l’exposition régulière à des vibrations de niveau élevé peut entraîner des pathologies touchant les articulations du poignet et du coude, mais également des troubles de la sensibilité des doigts, voire le syndrome de Raynaud (trouble chronique de la circulation du sang touchant les extrémités).

L’évaluation des risques liés aux vibrations mains-bras

La prévention du risque vibratoire est une obligation du Code du travail.
Au delà de 2,5 m/s2 d’exposition journalière, l’employeur doit obligatoirement prendre des mesures de prévention. Il est interdit de dépasser la valeur de 5m/s2 d’exposition journalière.

vibrations mains-bras

Prévenir les risques liés aux vibrations mains-bras

Pour prévenir les risques liés aux vibrations, il convient d’agir sur plusieurs leviers :

1.    Réduire le niveau des vibrations
Il est conseillé de vérifier les valeurs de vibrations données dans les notices pour l’achat de machines et choisir des machines des outils et équipements les moins vibrants possible.
Il est tout aussi important de maintenir les machines en bon état (par exemple affutage des outils coupants) pour réduire l’effort et l’exposition pour un travail donné.

2.    Limiter la durée d’exposition
Afin de limiter la durée d’exposition, il peut être opportun d’organiser des rotations de postes, ou de prévoir des périodes de coupure, même de courte durée.

3.    Informer et former les salariés
Certains opérateurs utilisent individuellement des techniques de travail qui augment l’effort et l’exposition aux vibrations. Il importe de les former à la pise en main et à l’utilisation des machines.
De même, le port de gants permettant de maintenir la chaleur des mains permet de diminuer le risque de syndrome vibratoire.

Prochains rendez-vous

conférences

évements Preventica

Faire de votre baromètre QVT un levier d’engagement collaborateur

GROUPE JLO EXPERT QVT / HPI

Prévenir et gérer les conduites addictives en milieu professionnel

ALASSCA CONSEIL

Choix de la Protection Chimique - Critères de sélection - Outil DuPont™ SafeSPEC

DUPONT

Reconnaissance au travail et SST: Comment encourager les comportements préventifs

EMPREINTE HUMAINE

Gestion et suivi des accidents du travail et maladies professionnelles : l'outil Prorisq

FONDS NATIONAL DE PREVENTION DE LA CNRACL

L’impact des odeurs dans la Qualité de vie au travail

PREVENTICA

Présents à Préventica 2019

Voir l'ensemble des partenaires