L'événement de référence pour la sécurité des personnes et des biens

L'étude du phénomène criminel nécessite le développement d'une approche pluridisciplinaire

Avocat honoraire, Maître de conférences à l’université de Nantes depuis 1995, Jean Danet a orienté ses recherches depuis dix ans vers le droit pénal et les sciences criminelles. Jean Danet est à l'origine de la création en janvier 2014 de l'Institut Universitaire Nantais de Criminologie (UNIC). Retour sur un projet original.

Pourquoi la création de cet institut de criminologie au sein de l'Université de Nantes ?
La criminologie est une science en plein développement, du fait de l'évolution de notre société. Nous avons aujourd'hui besoin de mieux connaître et comprendre le phénomène criminel, afin d'ajuster la réponse qui y est faite et mettre en œuvre des politiques de prévention adaptées.
Cette connaissance passe par la recherche. Mais pour être efficace, la recherche doit s'appuyer sur des disciplines complémentaires, intervenant toutes dans le champ de la criminologie : droit, médecine légale, sociologie, psychiatrie…
Depuis de nombreuses années à Nantes, des enseignants-chercheurs issus de ces différentes disciplines collaborent de façon informelle à des projets de recherches en criminologie.
 La création de l'Institut Universitaire Nantais de Criminologie donne un cadre institutionnel à ce travail collaboratif et offre l'opportunité d'imaginer plus de projets communs. C'est aussi un moyen de pérenniser les réseaux au-delà des individus.

En quoi cette initiative est-elle originale ?
En France, les universitaires ont malheureusement tendance à travailler dans leur seul champ disciplinaire, sans s'ouvrir à des savoirs et pratiques complémentaires. Il existe des instituts de criminologie mais qui sont rattachés à la faculté de droit ou de sciences humaines. L'Institut Universitaire Nantais de Criminologie (UNIC) est la seule structure de recherche en criminologie qui est rattachée à une université, afin de marquer son ouverture à de multiples disciplines.

Quels sont les premiers projets de recherches sur lesquels vous travaillez ?
Nous menons actuellement un projet de recherche sur la garde à vue faisant appel à des juristes et à des médecins légistes. Il s'agit d'étudier de façon précise qui est placé en garde à vue, comment et où. Cette étude a pour objectif de fournir des informations sur les évolutions récentes de la délinquance.
Un projet de recherche est également en cours sur les violences faites aux femmes.
UNIC est un outil de recherche sur l'évolution de la délinquance. Nos projets ont pour vocation de contribuer à l'analyse du fonctionnement de la justice pénale et de vérifier si les réponses apportées à l'évolution de la délinquance sont toujours appropriées.

Sur le même sujet

Voir l'ensemble des partenaires