Le bruit, un facteur clé dans la Qualité de Vie au Travail -

Le bruit, un facteur clé dans la Qualité de Vie au Travail

sante-qvt - Santé / Qualité de vie au travail
/

Alors que le bruit et les nuisances sonores ne sont considérés que dans les secteurs  d’activités dits exposés au bruit, le collectif  d’experts de l’association JNA considère au vu des résultats de cette étude que le bruit est un agent toxique à la santé et à l’épanouissement de l’être humain au travail. 

1 actif sur 2 en poste de travail se dit gêné par le bruit et les nuisances sonores au travail, toutes les CSP confondues

Les populations rencontrant le plus ce problème sont les jeunes de 25 à 34 ans (57% soit + 5points / l’ensemble de la population), les travailleurs en région parisienne (56%, soit +4 points par rapport à la moyenne) et les employés (54%) et les ouvriers (60%, +8 points). 

Pour  8  actifs sur 10 en poste de travail, le bruit et les nuisances sonores sont susceptibles d’être source de fatigue, de perte d’attention, de maux de tête.

nuisance sonore au travail

Près de 7 actifs  sur 10 signalent un phénomène de lassitude. Là aussi, toutes les  catégories socio-professionnelles confondues. 
Pour  88% des personnes interrogées âgées de moins de 35 ans, le bruit et les nuisances  sonores au travail génèrent de la fatigue dont 97% chez les 18 à 24 ans.

Les personnes davantage touchées dans leur efficacité sont les cadres et les professions  intellectuelles supérieures (63%), les travailleurs en région parisienne (64%), mais surtout ceux qui déclarent être gênés par du bruit sur leur lieu de travail (67%, et jusqu’à 84% pour ceux qui rencontrent « souvent » cette gêne). 

Autre enseignement corroborant ce constat d’impact négatif du bruit et des nuisances  sonores sur la productivité, 81% considèrent qu’ils peuvent entraîner une perte  d’attention tandis que plus des deux tiers (67%) pointent des conséquences à plus long  terme, allant jusqu’à mettre en avant le risque d’une certaine lassitude à l’égard de leur  travail. Un effet qui est plus marqué chez les 18–24 ans (91%) et les 25-34  ans (86%).

Pour 6 actifs sur 10 en poste, le bruit et les  nuisances  sonores altèrent leur efficacité au travail

bruit au travail

En toute cohérence avec les résultats  pointant l’action du bruit sur l’état de fatigue, de  perte d’attention, de difficultés de compréhension de la parole, le bruit et les nuisances sonores au travail apparaissent bien comme une  source  de  perte d’efficacité.

Les résultats obtenus sont plus élevés  au   sein   des   professions  intermédiaires (67%),  chez  les  cadres (63%) et les employés.