Preventica Congrès/Salons
L'événement de référence pour la santé et la sécurité au travail

Le défibrillateur cardiaque, une solution contre la fatalité

Les statistiques des accidents cardiaques en France

accidents cardiaques Tous les ans, 50 000 personnes sont victimes d'un arrêt cardiaque extra-hospitalier, soit 110 par jour (données Inserm, 11 mai 2005). ll y a dix fois plus de morts par arrêt cardiaque que de tués sur la route.Le taux de survie est estimé à seulement 3 ou 4 %.
Chaque minute qui passe réduit le taux de survie de 10%. De longues minutes s'écoulent avant que les secours soient prévenus et arrivent sur les lieux.
Or des solutions existent, notamment grâce aux défibrillateurs automatisés et semi-automatisés externes. Dans 70% des cas d'arrêt cardiaque, des témoins sont présents et pourraient agir. A Seattle, où l'installation de défibrillateurs est généralisée, le taux de survie est estimé entre 20 et 30 %, alors qu'il n'est que de 2 à 3% en France. Selon l'INSERM, une intervention rapide, grâce au massage cardiaque et au défibrillateur, pourrait permettre de sauver près de 5 à 10 000 vies supplémentaires chaque année.
L'installation de défibrillateur est donc de ce point de vue une exigence de santé publique.
1 minute perdue = 10% de chance de survie en moins
Le SAMU de Paris a mené une étude sur un ensemble de victimes âgées de moins de 70 ans, en état d'arrêt cardio-respiratoire, pour lesquelles des témoins avaient alerté rapidement les secours et pratiqué les premiers gestes de survie avec des défibrillateurs. Il a été démontré que le taux de survie des victimes sans séquelles peut atteindre 38%.

Comment fonctionne la défibrillation ?

Le corps humain a besoin d'oxygène. Dans l'air que l'on respire, il y en a environ 20%. Une fois inspiré puis filtré par les poumons, cet oxygène est transporté à travers le corps par le sang (les globules rouges), vers les différents organes.

Cette circulation est permise par le cœur qui agit comme une pompe. Ce dernier se compose de 4 cavités (2 oreillettes et 2 ventricules) qui se contractent chacune à une fréquence, une amplitude et un rythme bien précis.

Si pour une raison ou une autre, le cœur n'est plus capable de faire circuler le sang et donc de fournir de l'oxygène, les cellules se détériorent puis meurent. Le cerveau en particulier ne peut se passer d'oxygène que pendant quelques minutes.

La fibrillation :
Suite à un choc électrique (électrocution…) ou bien à cause de certaines maladies (infarctus du myocarde…), le cœur peut se mettre à battre de manière désordonnée. C'est la fibrillation ventriculaire (FV). Des influx électriques parasites font se contracter les fibres de manière désordonnée, la circulation sanguine n'est plus assurée. Le cœur bat alors extrêmement rapidement et de manière anarchique (300 à 400 pulsations par minute), ce qui induit  une inefficacité quasi totale de sa fonction de  pompe. Dans une telle situation, la personne s'effondre, ne respire plus, et son pouls n'est plus perceptible. Cette situation évolue très vite (quelques minutes) vers le décès de la personne ou vers des séquelles neurologiques irréversibles. Les chances de survie sont maximales si la défibrillation est réalisée rapidement.

La défibrillation :
La défibrillation consiste à délivrer un choc électrique instantané de haute énergie (jusqu'à 360 voir 400 joules représentant dans des conditions normales une tension de 3 à 4 000 volts) de telle sorte que la décharge traverse le myocarde. On réalise une sorte de remise à zéro électrique de toutes les cellules du cœur pour leur permettre de retrouver leur synchronisation initiale.

Généralisation des défibrillateurs : il y a urgence !

défibrillateurs90 % des Français sont favorables à la généralisation des défibrillateurs.
Aujourd'hui, plusieurs évolutions plaident en faveur d'une généralisation des défibrillateurs dans tous les lieux publics.

Une adhésion du grand public 
Dans le dernier Baromètre Santé Kiria/Philips, 91 % des Français se disent favorables à l'installation obligatoire de défibrillateurs dans les lieux publics. Même s'ils ne sont que 38 % à se sentir capables de les utiliser.

Une évolution du cadre légal
Depuis le décret du 4 mai 2007 (décret n°2007-705 relatif à l'utilisation des défibrillateurs automatisés externes par des personnes non médecins et modifiant le code de la santé publique), chaque citoyen est autorisé à utiliser un défibrillateur semi-automatisé ou automatisé externe.

Une facilité d'utilisation
De faible poids et de taille réduite, les appareils automatiques ou semi-automatiques sont capables d'analyser le rythme cardiaque avant la délivrance d'un choc salvateur. Ils possèdent un système prévenant d'éventuels dysfonctionnements et même une assistance aux gestes à effectuer, grâce à des consignes vocales.

Un coût en baisse 
Un défibrillateur coûte moins de 1500 euros hors taxes.

Une efficacité largement démontrée et connue du grand public
Plusieurs cas ont marqué les esprits. Notamment, le footballeur professionnel niortais, Marco Andriana, victime d'un arrêt cardiaque sur le terrain qui a été sauvé grâce à un défibrillateur. Il est aujourd'hui parrain de l'opération Train du cœur.

 

Sur le même sujet

Voir l'ensemble des partenaires