Yves Chassagne - OPPBTP : « Le lean construction est un moyen de rénover complètement son entreprise, de manière sereine, efficace, motivante »

« Le lean construction est un moyen de rénover complètement son entreprise, de manière sereine, efficace, motivante »

sante-qvt - Organisation du travail
/
Yves Chassagne - OPPBTP
Yves Chassagne
responsable d’opération méthodes constructives
OPPBTP

L’OPPBTP vient de publier un guide consacré au lean dans la construction. Cette méthode collaborative de travail doit permettre d’anticiper davantage les problèmes, d’augmenter l’efficacité et de réduire les gaspillages. Yves Chassagnes de l’OPPBTP nous en dit plus.

Que contient ce guide du lean construction ?
Dans ce guide de l’OPPBTP vous trouverez une définition du lean. C’est un sujet qui n’est pas facile à appréhender, c’est un peu abstrait. Nous essayons d’en donner une définition opérationnelle, concrète et de proposer des idées aux entreprises du BTP pour qu’elles puissent se l’approprier.

Pourquoi et comment avez-vous construit ce guide ?
Nous avons voulu éditer un guide en langue française, parce qu’il n’en existe qu’une dizaine aujourd’hui, pour contribuer à informer les acteurs de la branche sur ce sujet et donner les résultats de nos observations.
Cela fait maintenant cinq and que nous nous intéressons au lean. À force d’observer des chantiers,
de regarder les résultats, nous avons constaté que cette démarche diminue l’apparition des risques et améliore les conditions de travail.

L’OPPBTP voulait donner des résultats chiffrés, palpables, partager un apport pédagogique pour bien décliner la démarche. Parce que la démarche lean est performante si elle est équilibrée, si elle fait participer tous les acteurs. Pour que les entreprises puissent se l’approprier, nous avons voulu tracer un chemin, en essayant de montrer aux acteurs du chantiers qu’il y a trois caps à passer : découverte, appropriation et maitrise. Nous leur disons qu’en trois chantiers ils peuvent arriver à maitriser le sujet.

Quelle différence entre un chantier traditionnel et un chantier lean ?
L’outil au cœur du lean planning géotemporel. C’est un système d’engagement et de flux constant qui est en rupture par rapport aux chantiers traditionnels où nous sommes en flux tendu, et où nous brusquons un peu les équipes.
Le planning géotemporel regroupe tous les avantages de tous les plannings, sans les inconvénients. C’est un planning très visuel basé sur quatre principes de fonctionnement : 1/ le micro-zonage 2/ le tempo du chantier 3/ la progression des travaux de manière géographique 4/ la liste des tâches à accomplir. Tout cela dans une logique de sérénité.

Quel est l’intérêt pour les entreprises de la construction d’opter pour le lean ?
Le lean est ce dont tout le monde a rêvé et que nous n’avions pas jusqu’à maintenant : un moyen de rénover complètement son entreprise, de manière sereine, efficace, motivante.
Les entreprises qui ont participé à l’expérience lean nous parlent d’un plaisir de retourner travailler, et ce, même chez les opérateurs. Il y a un plaisir à retrouver la valeur de son travail, quelque soit la taille de l’entreprise, majeure ou artisanale.  

La première chose qui ressort de manière claire avec la démarche lean c’est que les délais sont maitrisés. Les chantiers sont livrés à l’heure. Le lean agit comme un absorbeur d’aléas. Puisque l’équipe est très soudée, elle développe une capacité à absorber les aléas très puissante.

Il y a aussi une maitrise des coûts. Au moment des réceptions, avec la démarche lean il y a 50% de réserves en moins, il y a beaucoup plus de respect des travaux accomplis par les uns et les autres.

Quelles sont les limites du lean construction ?
Dans certains secteurs d’activité, il y a eu des écarts avec le lean qui n’était pas assez collaboratif. Les outils ont surpassé les principes du lean. En chassant les gaspillages, on a chassé les aspects collaboratifs or avec le lean il faut que les choses se fassent avec les opérateurs.  

Dans ce guide nous essayons de donner des prérequis aux entreprises pour savoir si elles sont prêtes à se lancer dans la démarche. Cela commence par savoir mesurer sa capacité aux changements. Et il faut être prêt à faire travailler un maximum de monde. Plus la collaboration est élargie, plus l’efficacité est grande.