RDV à LYON 2022 ! |     JE M'INSCRIS

Oui, la QVT est aussi une question de leadership !

Chronique QVT et Leadership de Stéphanie Carpentier
MANAGEMENT RH / QVT || Psychologie du travail
/
22/03/2022

Associer la QVT et le leadership est peu courant. Pourtant cette capacité d’influence va de plus en plus être demandée aux préventeurs et aux managers devant davantage s’emparer de la prévention.


Le management de la QVT est facilement évoqué mais associer le leadership à la QVT (ou inversement) est peu courant, il faut bien le reconnaître. Pourtant cette capacité d’influence en matière de qualité de vie au travail et donc de bien-être au travail est probablement une compétence qui va de plus en plus être demandée aux préventeurs et aux managers des autres fonctions. La raison ? La feuille de route en matière de santé au travail présentée par le Conseil National d’Orientation des Conditions de Travail (CNOCT) le 14/12/2021.

C’est en décembre 2021 que M. Laurent PIETRASZEWSKI Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre du Travail, de l’Insertion et de l’Emploi chargé des Retraites et de la Santé au Travail a présenté le 4ème Plan Santé au Travail (PST4) qui fixe les orientations en matière de qualité de vie et conditions de travail mais également de santé au travail pour les quatre prochaines années (2021-2025).

Ce PST4 confirme le renversement de perspective opéré par le précédent PST par le fait qu’il accorde dans la continuité de l’ANI du 9 décembre 2020 et de la loi du 2 août 2021 la priorité à la prévention sur la réparation. Dès lors, l’Etat, les partenaires sociaux mais aussi la Sécurité Sociale et tous les organismes de prévention sans oublier les préventeurs des entreprises et leurs managers (toutes fonctions confondues) vont devoir s’emparer du sujet. Les compétences de leadership des uns et des autres vont donc être mobilisées pour faire avancer cette cause de la QVT et du bien-être au travail. Les aider en rappelant des fondamentaux du leadership ou ses plus récentes avancées académiques sera donc l’objet de ces chroniques.

Pour ce premier billet, rappelons tout d’abord ce qu’est le leadership et son importance pour la QVT.

Le leadership est un domaine d’étude très complexe, c’est pourquoi il n’y a pas une définition de ce terme à l’unanimité acceptée et énoncée jusqu’à présent. Néanmoins on peut considérer que le leadership définit la capacité d'un individu à mobiliser et diriger les capacités des membres d’une organisation pour atteindre des objectifs bien définis. On dira alors qu'un leader est quelqu'un qui est capable de guider, d'influencer voire d'inspirer. Les sondages relatifs au bien-être et à la qualité de vie au travail montrent souvent combien travailler dans une équipe sans un leadership fort est source de souffrances au travail.

Notons toutefois qu’un leader se distingue d'un gestionnaire (appelé aussi manager) ou d'un décideur, qui ont tous des capacités pour l'administration ou le management, par le fait qu’il ne « mène » pas l’équipe ou l'organisation à un autre stade de son développement. Ainsi leadership et gestion, ne sont pas deux qualités automatiquement associées : un leader n’est pas toujours un gestionnaire et un manager peut être un leader.

Ramené au sujet de la santé au travail, comprendre cette distinction est essentielle car la dénomination du management de la santé laisse souvent croire qu’il s’agit d’une fonction réservée à des spécialistes, au même titre que le sont les finances ou le commercial. Certes, les aspects techniques que la prévention de la santé suppose sont affaire d’experts, en témoignent notamment les différents organismes publics traitant de la thématique. Pourtant le sujet de la QVT et du bien-être au travail concerne bien toutes les personnes au travail, quelques soient leurs responsabilités, leurs fonctions ou le type de structure dans lesquelles elles les exercent.

Dès lors, les capacités de leadership des préventeurs de santé au travail envers leurs collègues des autres fonctions mais également celles des managers de toutes les organisations pour que leurs équipes s’emparent de cette logique de prévention primaire deviennent donc essentielles pour que les objectifs du PST4 soient atteints d’ici 2025.

Cela pose alors la question des qualités concrètes de leadership qui doivent être développées par les uns et les autres. C’est là que s’ouvre la difficulté car au fur et à mesure que les champs académiques couverts par le leadership ont évolué, les qualités qui le définissent se sont multipliées. Si le leadership était dans le passé intimement associé à la personnalité du leader et plus particulièrement à son charisme, de nombreuses études récentes montrent qu’il s’agit d’une capacité apprise qui est aussi le fruit de l'expérience et reste liée à des contextes spécifiques.

Parmi les qualités ou compétences que l'on retrouve chez les leaders, on peut citer la vision, la stratégie, la persuasion, la communication mais aussi la capacité à favoriser le sens du et au travail, l’altruisme, la confiance, l’humilité, l’authenticité et l'éthique, le courage, etc. autant de compétences qui pourront faire l’objet des prochains billets de cette chronique pour venir en aide aux préventeurs mais également aux managers soucieux de développer la logique de la prévention au sein de leurs équipes.

En savoir plus :