Bien-être au travail dans l’éducation nationale : entre stabilité et besoins d’amélioration

SECTORIELS || Fonction publique
/
07/02/2024

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) a publié la seconde édition de son « Baromètre du bien-être des personnels de l’Education nationale ». Si les résultats révèlent une certaine stabilité par rapport à l’édition précédente, des défis restent à relever. 


Le Baromètre du bien-être des personnels de l’Éducation nationale, initié par la DEPP, vise à suivre et à analyser l'évolution de la qualité de vie au travail des employés de l'éducation. Lancé en 2022, il a été reconduit en 2023 et sera désormais réalisé tous les deux ans.

Pour cette nouvelle édition, le Baromètre est constitué d’environ 260 000 professionnels sélectionnés aléatoirement. Cet échantillon est représentatif des personnels travaillant dans les écoles publiques ou privées sous contrat avec l'État, à l'échelle nationale.

 

Globalement la satisfaction professionnelle reste similaire à l'année précédente mais demeure inférieure à la moyenne nationale (5,9 contre 7,1 sur 101). Les principaux points d’attention résident dans les perspectives de carrière (2,9 sur 101) et la rémunération (3,3 sur 101), qui continuent de représenter une source de mécontentement.

Un autre défi majeur réside dans la charge de travail, jugée excessive par plus de la moitié des personnels (7,4 sur 101) et responsable d’un sentiment d’épuisement global (6,8 sur 101). Les enseignants du premier degré sont particulièrement touchés. De plus, la conciliation entre vie professionnelle et personnelle demeure difficile pour beaucoup (5,3 sur 101).

Cette étude révèle également des différences significatives entre les catégories de personnels. Les enseignants remplaçants (5,6 sur 101) et les médecins scolaires (5,7 sur 101), par exemple, expriment une satisfaction professionnelle plus basse que d'autres catégories de personnels. A contrario, les accompagnants d'élèves en situation de handicap (AESH) présentent des niveaux de satisfaction professionnelle légèrement supérieurs à la moyenne (7,1 sur 101).

Pour répondre à ces défis, les personnels identifient plusieurs axes d'amélioration prioritaires, notamment : 

  • le pouvoir d'achat,
  • la charge de travail,
  • la formation continue,
  • l'aménagement de fin de carrière.

 

Il est crucial de prendre en compte ces préoccupations pour promouvoir un environnement de travail plus épanouissant pour tous les acteurs de l'éducation nationale.

 

1 « Sur une échelle de 0 (pas du tout) à 10 (tout à fait) ».