Levage industriel et manutention : Définitions et principaux équipements

securite-au-travail - Manutention - Levage
/

Le levage industriel

Le levage industriel est une activité de manutention qui consiste à soulever, déplacer ou manutentionner des charges lourdes à l'aide principalement de grues mobiles, mais aussi de bras de grues, de chariots élévateurs, de nacelles, de treuils, voire même d'hélicoptères.


La manutention : manuelle, mécanique

La manutention manuelle :
La manutention manuelle désigne toute opération de transport ou de soutien d’une charge dont le levage, la pose, la poussée, la traction, le port ou le déplacement exigent l’effort physique d’une ou de plusieurs personnes.

La manutention mécanique :
La manutention mécanique permet d’éviter les risques propres à la manutention manuelle. Elle fait appel à l’utilisation d’appareils de levage et de transport : palans, poulies, transpalettes, chariots automoteurs à conducteur porté, etc.


Principaux équipements de levage industriel et de manutention

On considère comme appareils de levage les grues, ponts roulants, portiques, treuils, palans, potences, chariots élévateurs, engins élévateurs à nacelle, plates-formes élévatrices, vérins, crics …
L'arrêté du 1er mars 2004 définit comme accessoire de levage "un équipement non incorporé à la machine et placé entre elle et la charge".
Les élingues, les chaînes, les sangles, les palonniers, les pinces autoserrantes sont des accessoires de levage.

Grue : appareil de levage et de manutention réservé aux lourdes charges. Cet engin de levage est construit de manière différente selon son utilisation (à terre : grue de chantier ; à bord d'un navire ou d'un dock flottant : camion-grue, etc.).
Une grue peut être commandée depuis une cabine, ou par l'intermédiaire d'une télécommande portée par un homme sur le terrain, qui peut diriger rapidement et précisément le mouvement de la charge.

Pont roulant : appareil de manutention permettant le levage et le transfert de charges lourdes. Il est constitué d'une ou de deux poutre(s) en acier sur la(s)quelle(s) on place un palan ou un treuil (motorisé ou non). Il peut être suspendu ou posé sur deux rails.
Les ponts roulants sont généralement installés dans des halls industriels ou leurs prolongements à l'air libre. Ils permettent la manutention de la charge dans tout l'espace de ces halls. Ils sont installés en hauteur sur des rails de roulement posés sur des poutres en acier ou béton reposant elles-mêmes sur des poteaux.
La conduite d'un petit pont roulant se fait par télécommande ou radiocommande. Les gros ponts possèdent souvent une cabine de conduite. Il existe, pour les industries lourdes, de très gros modèles capables de lever des charges de plusieurs centaines de tonnes telles que les poches de fonte ou d'acier liquide dans les aciéries.

Treuil : dispositif mécanique permettant de commander l'enroulement et le déroulement d'un câble, d'une chaîne ou de tout autre type de filin destiné à porter ou à tracter une charge. Un treuil peut être motorisé ou non. Il inclut généralement un dispositif de démultiplication de l'effort, soit au niveau de la motorisation, soit par l'utilisation de poulie(s) et un tambour enrouleur. Les treuils pour charge lourde peuvent être équipés d'un système de traction linéaire hydraulique.

Portique de manutention : appareil de levage pour charges lourdes, autonome, utilisé principalement sur de grandes aires de stockage à l'air libre (ports, parcs de matières en vrac ou de produits industriels de masse). Le portique remplit sensiblement les mêmes fonctions qu'un pont roulant dont il ne diffère que par le principe de fonctionnement. Un pont roulant circule sur un chemin de roulement situé en hauteur sur des poutres en acier ou béton. Le portique quant à lui circule sur une bande de roulement, généralement constituée de rails, située à même le sol. Sur ces rails circule un chariot qui supporte le matériel de levage lui-même (un ou deux treuils sur lesquels s'enroulent les câbles de levage ainsi que le moyen de préhension). Une cabine de conduite suspendue complète l'installation.

Palan : mécanisme constitué de 2 groupes (ou moufles), l'un fixe, l'autre mobile, contenant chacun un nombre arbitraire de poulies et d'une corde qui les relie. Il sert à démultiplier l'effort nécessaire pour rapprocher les deux groupes de poulies. On l'utilise par exemple pour soulever des objets lourds.
On mesure le taux de démultiplication au nombre de brins, c'est-à-dire le nombre de passages que fait la corde entre les deux groupes de poulies. L'effort nécessaire au final est divisé par le nombre de brins, tandis que la longueur de corde à tirer pour rapprocher les groupes de poulies est multipliée d'autant.

Potence : petite grue de levage.

Vérin : appareil de levage pour soulever ou abaisser progressivement des fardeaux. Il peut être mécanique, électrique, pneumatique, hydraulique ou pyrotechnique.

Elingue : accessoire ou ensemble d'accessoires qui se retrouve entre la charge à lever, tirer ou arrimer et l'équipement qui fait le travail (une grue, par exemple). Elle est constituée de cordages textiles ou naturels, de câbles d'acier, de chaînes. Une élingue, doit forcément avoir chacune de ses extrémités jointes et/ou reliées à un appareillage ou accessoire quelconque (palan, flèche de grue, etc.).

Câble de levage : assemblage de fils métalliques constituant un outil de travail. Ces fils peuvent être enroulés de façon hélicoïdale en une ou plusieurs couches, généralement autour d'un fil central. Ils forment alors des torons (fils tordus ensemble pour former un cordage très solide), qui peuvent à leur tour être enroulés autour d'un noyau ou âme pour former les câbles à torons multiples.

Gerbeur : appareil de manutention électrique permettant le stockage en hauteur de marchandises, généralement placées sur palette.

Palonnier : dispositif de levage qui permet de soulever une charge en répartissant le poids sur plusieurs prises.
Robots de manutention : avec sa capacité de charge de 125 à 225 kg, il permet de manipuler de fortes charges avec facilité et précision.

Stockage, rayonnage : les techniques de stockage en hauteur permettent d’optimiser au maximum les locaux. Les rayonnages de stockage les plus courants sont les palettiers : il s’agit de rayonnages métalliques constitués d’échelles et de lisses agrafables sur poteaux, généralement utilisés pour stocker les produits sur palettes. La complexité du dimensionnement des rayonnages nécessite les compétences du constructeur pour garantir la sécurité du personnel dès la conception de l’installation.

Equipements de quai :
Tables élévatrices : elles sont conseillées, entre autres, pour le chargement et le déchargement au niveau du sol, en cas de différences extrêmes entre le quai et le camion et pour le chargement des petits véhicules.

Plaques de quai : elles sont utilisées pour effectuer la liaison entre le quai et les camions, ou les wagons. Les plaques de quai offrent une excellente alternative à des systèmes encastrés, nécessitant des travaux importants de maçonnerie et représentant des investissements beaucoup plus onéreux.
Butoirs de quai : ils ont pour but d’amortir le choc des camions lors de la mise à quai, à la fois pour protéger le bâtiment et le véhicule.

Chariot mobile élévateur : le chariot mobile élévateur semi électrique est conçu pour améliorer la manutention de colis et de pièces et donc d’éviter des accidents de travail.
Le chariot permet de soulager le dos et les épaules des opérateurs lors des manipulations de produits divers même pour des charges légères et répétitives.

Rail de roulement : Liaison directe entre les points de prise et de dépose, avec des mouvements de va et vient ou en boucle.