L'amiante : les principaux matériaux à risques - Santé au travail

L'amiante : les principaux matériaux à risques

D'après un dossier du FNP-CNRACL, "Amiante", décembre 2015
En savoir plus : https://www.cdc.retraites.fr


securite-au-travail - Santé au travail
/

L'amiante : les principaux matériaux à risques

L’amiante est un matériau minéral naturel constitué de fibres (silicate naturel hydraté de calcium et de magnésium) possédant de grandes propriétés isolantes thermiques et phoniques ainsi que de bonnes performances mécaniques. Les fibres les plus longues et les plus fines sont les plus nocives (longueur supérieure à 5um - micro- mètre - et diamètre inférieur à 3um, c’est-à-dire environ 2 000 fois plus petit qu’un cheveu).

Déjà connue des grecs il y a plus de 2 000 ans, l'amiante est utilisée depuis longtemps. La fibre était alors nommée Asbestos, c’est-à-dire « indestructible » ou  chrysotile « fibre d’or » en raison de ses propriétés, mais ses dangers pour les voies pulmonaires  avaient déjà été notés.

amiante

Ce matériau a été utilisé pendant plus d’un siècle massivement (fin XIXème et une bonne partie du XXème siècle), essentiellement dans les secteurs du bâtiment, de l’industrie et certains équipements ménagers.

Il existe six espèces d’amiante différentes par leur composition chimique et leur dimension, dont deux variétés minéralogiques ont été exploitées et commercialisées (les serpentines et les amphiboles).

De nombreux matériaux contenant de l’amiante ont été commercialisés pendant plusieurs dizaines d’années, rendant complexe la recherche de sa présence et la mesure de sa nocivité. De nombreux produits manufacturés sont susceptibles de contenir de l'amiante. Dans de multiples secteurs d’activité, l'amiante a été largement utilisée.

L’Association Nationale de Défense des Victimes de l’Amiante (Andeva), créée en 1996, a établi une classification de l’amiante en neuf rubriques qui recensent les produits élaborés à partir de ce  matériau.

Amiante

Matériaux

I

Brut en vrac

bourres, flocages, isolant, protection thermique et acoustique

II

Poudres ou produits minéraux Enduits, enduits de façade, enduits-plâtres de protection (sauf amiante ciment)               incendie, mortiers colles, mortiers de protection incendie,       mortiers réfractaires, poudres à mouler

III

Liquides ou plâtres

Colles, enduits, mastics, mousses, pâtes à joint, peintures

IV

Feuilles ou plaques

Cartons, cloisons, coquilles, faux-plafonds, feuilles, feutres, filtres, panneaux, plaques

V

Tissé ou tressé

Bandes, bourrelets, cordons, couvertures, matelas, presse- étoupe, rideaux, rubans, tissus, tresses, vêtements

VI

Résine ou matière plastique

Embrayage, freins, isolateurs électriques, joints, matériaux composites, matières plastiques, mousses, nez de marche, revêtements muraux ; revêtements de sol en dalles ou en rouleaux

VII

Amiante ciment

Bacs, bardages, canalisations, cloisons, éléments de toi- ture, gaines, plaques, plaques de toiture, tablettes, tuyaux

VIII Produits noirs Bardeaux bitumeux, bitumes, colles bitumineuses, enduits de protection

IX

Matériels et équipements

Chaudières, clapets coupe-feu, étuves, fours, portes, porte d’ascenseur, radiateurs

Source : http://andeva.fr - les neufs rubriques de classification de l’amiante

Compte tenu de ses propriétés, de nombreux secteurs d’activité ont employé l’amiante, exposant de ce fait de nombreux métiers à ce produit. Par exemple, les industries de la construction (bâtiments et navale), du textile, de la métallurgique, de l’aérospatiale, de l’aviation, de l’automobile …

Cette production de masse complexifie aujourd’hui la recherche de sa présence, ce qui contribue à sous-estimer l’évaluation de son impact sur la santé.

Ce sont les caractéristiques physico-chimiques de résistance et de persistance de l’amiante dans l’organisme, associées à une capacité de fractionnement en particules microscopiques pour atteindre les alvéoles pulmonaires et même migrer jusqu’à la plèvre, qui rendent l’inhalation de particules particulièrement pathogène.

La dangerosité professionnelle de l’amiante a été reconnue en 1945. Il faudra toutefois attendre 1977, après que le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) ait classé toutes les formes d’amiante cancérogènes, pour que son usage soit réglementé.

Et ce n’est que plus tard, fin 1996 pour la France et en 2005 pour 25 pays de l’Union Européenne, que l’extraction, la fabrication et la transformation de l’amiante seront interdites.

Repères

1945

Un tableau des maladies professionnelles est créé pour l’amiante

1973

Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) classe l’amiante cancéro- gène

1977

L’amiante blanc est classé cancérogène en France

1996

Décret n° 96-1133 du 24 décembre 1996 relatif à l’amiante

1997

1er janvier : l’usage de l’amiante est interdit en France

1998

La loi de financement de la sécurité sociale pour 1999 a créé le Fonds de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante (FCAATA) ; les fonctionnaires en sont exclus

1999

Une directive européenne interdit l’amiante dans tous les états membres à compter du 1er janvier 2005

2000

Un Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (FIVA) est créé

Le programme national de surveillance du mésothéliome a révélé une surexposition des salariés du bâtiment avec un risque de développement de mésothéliome pleural.

Par ordre décroissant, ce risque touche les professions suivantes : électriciens, tôliers-carrossiers d’automobiles, plombiers, couvreurs, chauffagistes, maçons, plâtriers, peintres, menuisiers charpentiers et mécaniciens.