L'événement de référence pour la santé et la sécurité au travail

Qualité de l'air intérieur dans les lieux de travail : ce que dit la loi

La qualité des atmosphères de travail est régie par les dispositions des articles R4211-1 et suivants du Code du travail, qui distinguent les obligations du maître d’ouvrage pour la conception des lieux de travail de celles de l’employeur pour l’utilisation de ces lieux.

 

Les obligations du maître d'ouvrage concernant la construction du lieu de travail

Le maître d’ouvrage entreprenant la construction ou l’aménagement de bâtiments destinés à recevoir des travailleurs, que ces opérations nécessitent ou non l’obtention d’un permis de construire est soumis à un certain nombre de directives (art. R4211-1 du Code du travail). La notion de « lieux de travail » est définie comme « les lieux destinés à recevoir des postes de travail, situés ou non dans les bâtiments de l’établissement, ainsi que tout autre endroit compris dans l’aire de l’établissement auquel le travailleur a accès dans le cadre de son travail ».

En revanche, ne sont pas considérés comme des lieux de travail, au sens de cet article, « les champs, bois et autres terrains faisant partie d’un établissement agricole ou forestier mais situés en dehors de la zone bâtie d’un tel établissement. » (art. R4211-2 du Code du travail)

 

Les obligations de l'employeur concernant l'utilisation du lieu de travail

Code du travailEn ce qui concerne l'utilisation des locaux, d'une façon générale, l'employeur doit garantir à ses salariés un air sain, sans température trop haute, ni odeurs désagréables, ni effet de condensation due à l’humidité.

Le Code du travail impose ainsi deux obligations aux employeurs :

  • Maintenir un volume d'air minimum
  • Garantir un seuil de renouvellement d'air

Trois catégories de locaux sont distinguées :

  • Les locaux dits à pollution non spécifique, c'est à dire les locaux où la pollution de l'air n'est due qu'à la présence humaine
  • Les locaux sanitaires
  • Les locaux à pollution spécifique dans lesquels l'air peut être pollué par des substances gênantes ou dangereuses pour la santé sous différentes formes (gaz, vapeur, aérosols solides ou liquides


Surveiller la qualité de l'air dans les locaux à pollution non spécifique

ventilation naturelle

Dans ces locaux, il doit être prévu autant que possible une ventilation naturelle avec des ouvertures accessibles et manoeuvrables (portes, fenêtres…).
Dans le cas d'une ventilation mécanique, des valeurs de débit minimal d'air neuf par personne sont définies par la loi  (article R. 4222-6 du Code du travail) :

Bureaux, locaux sans travail physique

25 m3 par heure

Locaux de restauration, de vente, de réunion

30 m3 par heure

Ateliers et locaux avec travail physique léger

45 m3 par heure

Autres ateliers et locaux

60 m3 par heure

 

Il est possible d'utiliser de l'air recyclé mais celui-ci n'est pas pris en compte dans le calcul du débit d'air neuf.
A noter qu'il est strictement interdit d'envoyer après recyclage l'air extrait d'un local à pollution spécifique dans un local à pollution non spécifique.

Surveiller la qualité de l'air dans les locaux sanitaires

qualité de l'air dans les locaux sanitairesLes locaux sanitaires sont considérés comme des locaux à pollution spécifiques, en raison de la présence éventuelle d'agents biologiques (microorganismes pathogènes) et aux émanations malsaines.
Le débit d'air minimal neuf introduit dans la pièce peut être limité à 15 m3 par heure si le local n'est pas collectif.

S'il est collectif, les seuils de débit sont définis par le Code du travail de la façon suivante :

Cabinet d’aisances isolé

30 m3 par heure
(limité à 15 m3 si pas à usage collectif)

Salle de bains ou de douches isolée

45 m3 par heure
(limité à 15 m3 si pas à usage collectif)

Salle de bains ou de douches commune avec un cabinet d’aisances

60 m3 par heure
(limité à 15 m3 si pas à usage collectif)

Lavabos groupés

(10 + 15 x N) m3 par heure

Bains, douches et cabinets d’aisances groupés

(30 + 15 x N) m3 par heure

N = nombre d'équipements dans le local

Surveiller la qualité de l'air dans les locaux à pollution spécifique

Le Code du travail fixe certaines dispositions lorsqu'un polluant est émis par une activité ou un poste de travail.

Poussières

Une personne ne doit pas inhaler plus de 10 mg de poussières par m3 d’air (sur une période de 8 heures, durée moyenne d’une journée de travail). Ce seuil est baissé à 5 mg/m3 pour les poussières alvéolaires (susceptibles de pénétrer dans les voies pulmonaires jusqu’aux alvéoles).

Prévenir l'exposition aux polluants de l'air

Comme dans toute démarche de prévention, il faut en premier lieu chercher à supprimer les émissions de polluants.
Si la source de pollution ne peut être supprimée, il faut chercher à capter les substances dangereuses au fur et à mesure de leur émission afin de s'assurer que les concentrations restent inférieures aux valeurs limites d'exposition professionnelle fixées par le Code du travail.

Sur le même sujet

Prochains rendez-vous

conférences

évements Preventica

MASE, pour un système de management SSE simple et à l'efficacité prouvée

MASE

Culture sécurité : le programme SMART SAFETY pour agir sur les comportements en vue de renforcer la culture sécurité au sein de votre entreprise

FULLMARK

Mieux prévenir les risques professionnels en Restauration collective

CRAMIF / INRS

Comment éviter la surchauffe mentale, et gagner en sérénité et concentration

MY MENTAL ENERGY PRO

Santé et Qualité de Vie au Travail, Soft skills et pleine conscience

PREVENTICA

1ère édition du Prévhackthon à Paris : qu'est ce qu'un préventeur ? Réinventez le métier

FEDERATION DES ACTEURS DE LA PREVENTION

Présents à Préventica 2019

Voir l'ensemble des partenaires