RDV en 2022 à NANTES & LYON ! |     JE M'INSCRIS

La nouvelle chaîne de webinaires entièrement dédiée à  la santé et la sécurité au travail

Evénements à  venir

Violences et risques psychosociaux en travail social, prévenir pour agir
14 février 2022 - 14h30

Violences et risques psychosociaux en travail social, prévenir pour agir

Ludwig Maquet
Ce webinaire propose une approche généraliste à la compréhension de la violence institutionnelle et des risques psychosociaux en travail social.

Afin de comprendre dans quel cadre nous subissons la-les violences institutionnelles, entrainant des risques psychosociaux et leurs conséquences, je contextualiserais de manière introductive notre sujet au sein de la transformation du monde du travail. J’évoquerais en première partie la-les violence-s en travail social, qui peuvent être aux origines des RPS. Puis, je définirais les risques psychosociaux et leurs conséquences. Enfin, face aux risques, je proposerais quelques exemples de réponses. Un thème d’actualité dans le travail social. Le travail social est soumis à la pressurisation continue, la gestion libérale et la rentabilité. Tous les secteurs sont concernés. Les professionnels du social et de la santé expriment de plus en plus leur mal-être au travail avec des conséquences qui peuvent être dévastatrices.

En effet, le monde du travail social nous confronte à ce que l’on nomme «violences institutionnelles». Ces violences institutionnelles peuvent être le fait du public accueilli, des salariés ou bien de l’institution elle-même. Ces phénomènes de violences semblent agir à plusieurs niveaux, à savoir le salarié, l’équipe de travail, l’usager, l’institution.

Trop de souffrances se font jour dans le travail social, avec les conséquences parfois dramatiques, classées sous l’appellation de « Risques Psycho-sociaux ».C’est un thème d’actualité dans le monde du travail social où l’évocation de souffrance, de maltraitance professionnelle, de mots tels burnout, ou risques psychosociaux semblent encore tabous à l’intérieur des établissements. Car avouer la fatigue, des difficultés au travail, revient pour certains à penser incompétence, fragilité, culpabilité.

Violence, souffrance. Risques psycho-sociaux. C’est un fait que l’on s’intéresse de plus en plus aux sources, aux causes de ces symptômes, dans le domaine du travail social.

Risques psychosociaux, les mots sont lâchés. Pour quelles raisons n’y aurait-il pas de souffrances entraînant ces fameux risques ? De phénomènes de violences ayant un lien avec les risques psychosociaux ? Quels liens entre risques et institution ? De quelles manière la violence impacte t’elle les équipes et les professionnels ? Quels seraient les processus de construction de cette violence ? De quelle manière comprendre les RPS et y faire face ?
Objectifs du webinaire

Les objectifs généraux du sont les suivants :

- Comprendre les processus de construction de la violence au travail, ses causes.
- Permettre aux apprenants d’appréhender les RPS dans leur contexte de travail pour mieux s’en protéger et agir.

A l’issue du webinaire, l’apprenant sera en capacité de :
- Nommer trois causes de la violence au travail.
- Expliquer sa compréhension des RPS.
- Citer deux symptômes.
- Donner des éléments de réponses face aux RPS.
« Réguler pour CADRER » : Une étude de terrain des déterminants organisationnels de la santé au travail
08 mars 2022 - 11h00

« Réguler pour CADRER » : Une étude de terrain des déterminants organisationnels de la santé au travail

Aix-Marseille Université / ETO
Cette communication rend compte d’une intervention de terrain dont les conclusions illustrent les concepts de « travail collectif » et « collectif de travail » en lien avec la santé au travail. Cette action s’inscrit dans le cadre d’un dispositif proposé par le ministère du travail (intitulé « Objectif Reprise ») pour accompagner des petites et moyennes entreprises/structures qui ont rencontré des difficultés de fonctionnement suite à la crise sanitaire du COVID.

Le mot « cadrer » est empreint d’une certaine « violence » lorsqu’il est appliqué à l’être humain. Pourtant, il est utilisé par les enseignants, les éducateurs d’un ensemble scolaire pour des enfants en grande difficulté. Ce terme a été évoqué de manière presque anodine, notamment à travers des anecdotes.
Or, cette action de cadrage se révèle être primordiale pour que l’action éducative, d’enseignement, administratrice soit efficace. Pour éduquer, par exemple, il faut que l’enfant soit prêt à la recevoir, qu’il coopère. Cet aspect du travail réel, bien connu des professionnels, est cependant trop souvent ignoré par ceux qui organisent le travail ; c’est plutôt l’organisation de la « production » qui est privilégié. L’analyse des données recueillies sur le terrain, via des entretiens individuels, collectifs, des observations ainsi que l’administration d’un questionnaire, montre que les tensions organisationnelles sont en grande partie engendrées par un manque de concertation et surtout de coopération des différents acteurs de l’ensemble scolaire. Ainsi, le cadrage a une dimension éminemment collective. L’enfant, avant d’interagir avec un enseignant, un éducateur ou le directeur, se confronte d’abord à un adulte. La manière dont ce dernier appréhende la situation, notamment en partageant avec les autres adultes des pratiques communes, rassure l’enfant et l’amène à un niveau d’apaisement suffisant pour coopérer. Cette façon d’envisager la complémentarité entre l’action de cadrage et l’action éducative, d’enseignement et administrative est à l’origine d’une préconisation sur la mise en place d’espaces de discussions sur le travail pour rendre plus visible cette action, harmonisé le travail réel et développer des stratégies de régulation protectrices qui soient collectives.

En replay

05 novembre - 14h30

LOI DU 2 AOUT : les évolutions en matière de prévention des risques

GEPI
La loi du 2 août entend renforcer la prévention primaire, au même titre que l’ANI qui souhaitait « promouvoir une prévention primaire opérationnelle au plus proche des réalités du travail ».
Elle a été publiée au Journal officiel du 3 août.
Elle transpose l’accord national interprofessionnel du 9 décembre 2020 en vue de réformer la santé au travail.
Elle contient également des mesures afin de décloisonner la santé publique et la santé au travail.
Le texte, dont la plupart des dispositions entreront en vigueur le 31 mars 2022, est organisé en quatre parties :

-renforcer la prévention au sein des entreprises et décloisonner la santé publique et la santé au travail ;
- définir une offre socle de services à fournir par les services de prévention et de santé au travail ;
- mieux accompagner certains publics vulnérables et lutter contre la désinsertion professionnelle ;
- réorganiser la gouvernance du système de santé au travail.

La volonté affichée des pouvoirs publics est de privilégier une logique de prévention et non plus de réparation en entreprise. À cette fin, plusieurs dispositifs de prévention en entreprise sont créés ou précisés.
Nous aurons ainsi l’occasion de commenter ces nouvelles dispositions avec la participation de

- Mme Diane DEPERROIS, DRH AXA, et cheffe de file de la délégation du Medef pour la négociation sur la santé au travail
- Mme le Dr Geneviève THIAUCOURT, médecin et directrice médicale et santé au travail, Saint-Gobain,
- Maitre Michel LEDOUX, avocat au barreau de Paris, CABINET MICHEL LEDOUX ASSOCIES
- Mr Patrick BENJAMIN, Secrétaire du GEPI