France St-Hilaire - Université de Sherbrooke (Québec) : La qualité de vie au travail passe par les petits gestes du quotidien

La qualité de vie au travail passe par les petits gestes du quotidien

- Santé au travail
/
04/09/2015 - Magali Rossignol
France St-Hilaire - Université de Sherbrooke (Québec)
France St-Hilaire
Responsable de l'Équipe de recherche en santé et bien-être
Université de Sherbrooke (Québec)
Eminente chercheuse québécoise en santé au travail, France St Hilaire s'est intéressée au rôle des managers et des salariés en matière de santé au travail, à travers une étude croisée France-Québec. Les résultats de cette étude seront présentés dans le cadre de Préventica Lyon 2015. Elle nous en dévoile les premières tendances.

Quels sont les objectifs de cette étude sur le bien être au travail menée par votre équipe ?
L'objectif de cette étude est de comprendre très concrètement quels sont les comportements qui favorisent le bien-être au travail. Au-delà d’agir sur des concepts théoriques que sont la reconnaissance ou la gestion de la charge de travail, il s'agit de décrypter tous les gestes quotidiens au travail qui construisent ces facteurs de protection ou facteurs de risque à la santé et la qualité de vie au travail. Nous avons pour cela interrogé 49 managers issus de tous niveaux hiérarchiques et 91 subordonnés de différents secteurs d'activités (industrie, santé, services publics, transport, enseignement…), en France et au Québec, pour comprendre quels comportements spécifiques chez les managers ainsi que chez les salariés favorisent la santé et la qualité de vie au travail.

Quelles sont les principales conclusions que vous avez tirées de cette étude ?
Nous en sommes encore au stade des analyses préliminaires mais nous avons d’ores et déjà pu identifier environ 190 pratiques de management et près de 100 pratiques de travail (comportements de salariés) qui favorisent la qualité de vie au travail. Dans une deuxième phase de l'étude nous allons nous pencher sur les liens entre ces comportements et les différentes dimensions de la santé au travail : ces comportements participent-ils plutôt à la diminution du stress, favorisent ils le bien être au travail ou les 2 ?
L’hypothèse qui émerge est que la qualité de vie au travail se construit essentiellement par nos comportements et les petits gestes du quotidien. Les résultats de cette étude permettront d’offrir une boîte à outils aux managers et aux salariés afin d’agir concrètement sur les facteurs de risque et de protection qui composent la qualité de vie au travail. Par exemple, passer 1 mn chaque matin pour dire bonjour à ses collègues, c'est peu de chose mais cela a un effet certain sur notre bien être.

Cette étude a été réalisée dans des entreprises au Québec et en France, quelles sont les différences que vous avez pu pointer dans nos comportements au travail ?
Effectivement certaines différences dans nos cultures se manifestent dans nos comportements au travail. Sur le thème de la reconnaissance et de la façon dont elle s'exerce, on observe des différences entre les Français et les Québécois. En France, la reconnaissance va s'exprimer plus volontairement de façon pécuniaire alors qu'au Québec ce sont surtout les pratiques de reconnaissance des efforts, comme souligner les réussites, qui sont rapportées. De plus,  au Québec, les comportements de reconnaissance du salarié vers le manager sont plus fréquents.
Autre domaine de différenciation entre la France et le Québec : la manière de construire un collectif de travail. Autant en France, on partagera facilement un repas, un café entre manager et salariés, alors qu’au Québec ces pratiques sont moins usitées à la fois par les salariés et les managers.