Preventica Congrès/Salons
L'événement de référence pour la sécurité des personnes et des biens

La sûreté d’un hôpital, une équation complexe

Avec ses 39 hôpitaux, 105 000 personnels, et plus de 8 millions de patients accueillis chaque année, l’AP-HP fait de la sécurité l’une de ses priorités.
Zoom.

En quoi la sûreté d’un établissement hospitalier est–elle particulièrement ardue à gérer ?
La sécurité des hôpitaux est complexe car les sites sont très divers et comportent de nombreuses fonctions indispensables aux soins de la population. En outre, nos établissements doivent être en mesure de faire face à une crise d’origine interne mais également externe, comme cela a été le cas en novembre 2015 avec un afflux massif de blessés suite aux attentats.
Dans la conception de notre politique de sécurité, nous ne devons jamais perdre de vue que nous sommes avant tout un lieu ouvert au public, dédié aux soins à la population.

Comment avez-vous construit la politique de sûreté, compte tenu de ces contraintes ?
La politique de sécurité de l’AP-HP est élaborée à partir de diagnostics de sécurité réalisés notamment en partenariat avec les forces de l’ordre. Ils nous permettent d’identifier nos vulnérabilités et d’engager les actions correctrices nécessaires, qu’elles soient en termes de procédures ou d’investissements. Le but est de prioriser notre action afin d’être le plus efficace possible. Nos équipements doivent rester absolument en fonctionnement en cas de crise, cela détermine ainsi les mesures d’urgence à appliquer. L’objectif est de faire en sorte que nos sites soient toujours en mesure d’accueillir et de soigner des patients en situation d’urgence.

Comment votre politique sécurité a-t-elle évolué depuis les attentats de 2015 ?
Au lendemain des attentats, le ministère de la Santé a élaboré un plan d’actions sécurité que nous avons décliné à l’AP-HP. La politique de sécurité d’un hôpital doit s’attacher  bien sûr à préserver la sécurité des biens et des informations mais également la sécurité des personnes qui peuvent avoir de multiples statuts : personnels, patients, visiteurs, étudiants… c’est donc une politique multidimensionnelle et que l’on veut cohérente qui va de la vidéoprotection au contrôle des accès en passant par des mesures bâtimentaires (renforcement des accès aux locaux par exemple). Les hôpitaux sont ouverts sur la ville. Il faut adapter cette ouverture à nos impératifs de sécurité.

 

Sur le même sujet

Thomas GALEZOWSKI Société du Grand Paris

"Le Grand Paris Express, un grand projet aux enjeux de sûreté colossaux"

Thomas GALEZOWSKI - Responsable des équipements - systèmes courant faible
Société du Grand Paris

Thierry Menuet CCI Paris Ile-de-France

"Nos dépenses liées à la sécurité ont augmenté de 30% depuis novembre 2015"

Thierry Menuet - responsable du service de la prévention des risques – coordinateur gestion de crise
CCI Paris Ile-de-France

Bernard Frey Club de réflexion des directeurs et conseillers sûreté des établissements hospitaliers français

"Se positionner dans le débat public sur la sûreté des hôpitaux "

Bernard Frey - secrétaire
Club de réflexion des directeurs et conseillers sûreté des établissements hospitaliers français

conférences

évements Preventica

Résilience et organisation, faire face à l'imprévu

DU GCSI (Diplôme Universitaire Gestion de Crises et Sécurité Intérieure) - Nov. à Strasbourg

BIOMÉTRIE sur les lieux de travail

SVDI - Nov. à Strasbourg

Présents à Préventica 2017

Voir l'ensemble des partenaires