Preventica Congrès/Salons
L'événement de référence pour la sécurité des personnes et des biens

Le Grand Paris Express, un grand projet aux enjeux de sûreté colossaux

Créé par l’Etat pour réaliser le nouveau métro automatique du Grand Paris, la Société du Grand Paris assure la maîtrise d’ouvrage de ce gigantesque projet. Parmi les thématiques phares, la sûreté avec des enjeux importants tant pour les voyageurs que le personnel.
Zoom.

Quels sont vos responsabilités et le périmètre de votre mission au sein de la société du Grand Paris ?
Tout d’abord, je ne gère pas du tout la sécurité des chantiers de construction liés au projet. Ma mission est de piloter les maîtres d’œuvre chargés de définir et de rédiger les cahiers des charges de tous les systèmes courant faible dont ceux des équipements de sécurité, principalement la vidéoprotection mais également la sécurité incendie et le contrôle d’accès. Concernant la vidéoprotection, l’enjeu est de pouvoir dimensionner un système qui soit performant en termes de gestion d’exploitation (visualisation du trafic de voyageurs, détection éventuelle de panne…) mais également en termes de prévention de la malveillance et de tout incident de sûreté qui pourrait  se produire.

Des innovations particulières sont-elles prévues pour la vidéoprotection du site ?
Nous sommes en phase de spécifications. Et nous avons la chance contrairement au reste du réseau du transport parisien de partir d’une feuille blanche. Nous allons ainsi pouvoir nous appuyer sur les dernières technologies disponibles sur le marché. Une des spécificités du volet vidéoprotection dans le projet du Grand Paris Express tient au fait que nous serons directement interfacés avec le système de vidéoprotection de la Préfecture de Police de Paris. Le système de télécommunications sera conçu de telle manière que des acteurs issus de structures différentes pourront dialoguer entre eux.

En ce qui concerne le contrôle d’accès, avez-vous déjà une vision de la configuration qui sera mise en place ?
Concernant l’accès voyageurs, nous serons dans un système de portillons similaire au métro actuel, ceci afin d’assurer la continuité et l’interopérabilité entre les différentes lignes sillonnant le territoire.
Pour nos personnels, nous serons certainement dans un système de badges classiques ou équivalent. Comme dans toute infrastructure sensible, il est essentiel de protéger nos locaux techniques au maximum pour qu’une personne malveillante ne puisse pas y pénétrer tout en assurant un fonctionnement et un accès normal à nos personnels autorisés. 

 

Sur le même sujet

Arnaud Poupard AP-HP

"La sûreté d’un hôpital, une équation complexe"

Arnaud Poupard - Conseiller pour la sécurité auprès du Directeur général
AP-HP

Thierry Menuet CCI Paris Ile-de-France

"Nos dépenses liées à la sécurité ont augmenté de 30% depuis novembre 2015"

Thierry Menuet - responsable du service de la prévention des risques – coordinateur gestion de crise
CCI Paris Ile-de-France

Bernard Frey Club de réflexion des directeurs et conseillers sûreté des établissements hospitaliers français

"Se positionner dans le débat public sur la sûreté des hôpitaux "

Bernard Frey - secrétaire
Club de réflexion des directeurs et conseillers sûreté des établissements hospitaliers français

conférences

évements Preventica

VIDÉOPROTECTION : perspectives et évolutions

MINISTERE DE L'INTERIEUR - mardi 20 juin à Paris

PPMS attentat intrusion : Bilan et perspectives des formations, exercices et équipements

Agora des Directeurs de la Sécurité - jeudi 22 juin à Paris

Participer à la coproduction de la sécurité locale : formation et enjeux

Forum européen pour la sécurité urbaine - EFUS / EFUS - jeudi 22 juin à Paris

Présents à Préventica 2017

Voir l'ensemble des partenaires