Catherine Cornibert - Association Soins aux Professionnels de la Santé (SPS) : L’association SPS ouvre sa Maison des Soignants
J-3 avant Préventica Paris     |     JE M'INSCRIS

L’association SPS ouvre sa Maison des Soignants

ORGANISATION DE LA PREVENTION ||
/
Catherine Cornibert  - Association Soins aux Professionnels de la Santé (SPS)
Catherine Cornibert
Docteur en pharmacie, dirige les actions et la communication
Association Soins aux Professionnels de la Santé (SPS)

Inaugurée le 31 août dernier à Paris, la Maison des Soignants devient le premier lieu entièrement dédié à l’amélioration du mieux-être des professionnels de la santé. Après cette première étape en Ile-de-France, la structure compte se développer pour répondre aux besoins de tous les professionnels de la santé sur le territoire.

Pouvez-vous présenter la Maison des Soignants ?
La Maison des Soignants, c’est un lieu porté par l’association SPS, dédié aux professionnels de la santé et aux étudiants pour se soigner, s’informer et se ressourcer. Elle se trouve près de l’Arc de Triomphe, à Paris, dans un espace de près de 800 mètres carrés. Son objectif est d’accompagner son public, tout en agissant en faveur de la prévention pour le mieux-être. À l’origine, l’idée vient du docteur Eric Heny, président de notre association. Cette volonté de créer un lieu d’échanges et de rencontres pour éviter l’isolement est née d’un constat réalisé fin 2018 : les professionnels de santé sont en mauvais état de santé sur tous les plans (alimentation, activité physique, sommeil…).


La maison est ouverte à tous les soignants et tous les personnels du sanitaire et du médico-social, salariés ou en libéral, ainsi qu’aux étudiants en santé. Toutes les actions qui sont proposées sont gratuites. Notre association est d’ailleurs reconnue d’intérêt général depuis 2019.


Qu’est-ce que les soignants peuvent-ils y trouver concrètement ?
Pour le moment, les professionnels de la santé et les étudiants peuvent s’inscrire sur notre site pour bénéficier d’un bilan d’activité physique, puis d’un coaching sportif collectif, et pour participer à divers ateliers. Nous proposons notamment des permanences individuelles avec des psychologues. Des ateliers de reconversion professionnelle. Des groupes de parole. Et des ateliers hebdomadaires, le mardi de 12h à 14h, autour de la gestion du stress, de la communication et du management, des modes de vie et de l’alimentation. En parallèle, d’autres structures compétentes pourront intervenir afin de proposer de nouvelles choses. Nous souhaitons également organiser, le soir, d’autres conférences sur des thématiques plus ouvertes, telles que l’art ou la musique pour donner la possibilité à notre public de s’informer, mais aussi de se changer les idées. Pour tous ces ateliers, nous nous imposons une certaine rigueur pour que les interventions et le contenu scientifique soient vraiment de bonne qualité.

Comment votre projet devrait-il évoluer ?
Notre objectif d’ici 5 ans est de créer une Maison des Soignants dans chaque région. Nous avons déjà quelques pistes en Occitanie, en Hauts-de-France, et en Nouvelle-Aquitaine. Il est évident que le concept sera un peu différent dans chaque région, car il faut répondre à des besoins territoriaux très spécifiques. Mais peut-être iront nous également vers plus de mobilité, pour palier aux déserts médicaux notamment. Bien-sûr, nous faisons aussi appel à la visio-conférence, que nous allons poursuivre cette année.
Les deux missions de l’association, c’est accompagner et soutenir tous les professionnels de la santé en souffrance, puis mener une action de prévention pour agir en faveur du mieux-être. Pour l’accompagnement et le soutien, une de nos premières actions a été la création d’une plateforme d’écoute disponible 24h/24, 7j/7, gratuite, anonyme et confidentielle. Au niveau des actions de prévention, nous avons encore un grand champ devant nous. Je dirais que c'est que le début. La Maison des Soignants, c'est un lieu qui peut accueillir des gens qui souffrent, mais aussi qui va accueillir des gens en bonne santé, qui ont besoin d'échanger. L’idée aujourd’hui, c’est de la faire vivre, et de se nourrir de ses échanges.