L'événement de référence pour la sécurité des personnes et des biens

1 tiers des TPE confient leur cybersécurité à des employés inexpérimentés

cybermalveillance

Selon une étude réalisée par Kaspersky Lab, 32% des entreprises de moins de 50 employés, souvent en mal de support dédié et de budget requis pour se préserver des menaces, confient leur cybersécurité à des employés inexpérimentés dans ce domaine.


Pourtant, les TPE peuvent être des cibles de choix pour les cybercriminels cherchant à infiltrer de plus grandes organisations, car elles offrent une porte d'entrée pour une attaque au sein de la supply-chain ou l'insertion d'un logiciel malveillant qui pourrait infecter un bien plus gros poisson.

Pour la survie d'une TPE, la cybersécurité est essentielle. Un seul incident peut entraîner d'énormes coûts financiers, mais aussi la perte de confiance des partenaires et des clients, si ce n'est signer la fin de son activité, dans le cas où ses opérations seraient perturbées ou arrêtées.

Bien que les effets potentiels d'une cyberattaque soient de première importance pour les petites entreprises, qu'ils soient légaux, financiers, ou de l'ordre de la réputation, celles-ci en négligent pourtant souvent la prévention. L’étude révèle que la formation des employés en interne ne semble pas encore une priorité pour les TPE alors qu’elle est la clé d’une meilleure maitrise des risques et des bonnes pratiques.

Enjeu plus particulièrement présent dans les TPE : le BYOD (Bring Your Own Device). Cette pratique de plus en plus répandue entraîne de nombreux risques en termes de sécurité informatique. Comment être sûr que le personnel ne connecte pas ses appareils à des réseaux Wi-Fi non-sécurisés, où les données et e-mails peuvent être interceptés ? Ou qu'ils ne visitent pas des sites internet susceptibles de mener à une infection par malware de leur ordinateur ?

« Les nouvelles technologies offrent aux entreprises de nouvelles opportunités de croissance mais les menaces sont omniprésentes : faux sites web, photos malveillantes et réseaux non protégés, bornes Wi-Fi gratuites mais non sécurisées, voire équipements professionnels perdus ou volés. Tous ces éléments sont autant de facteurs de risque pour les entreprises et leurs données, en particulier les plus petites d’entre elles, dont les informations sensibles constituent un actif stratégique. Mettant l’accent sur leur développement et sur leurs occupations quotidiennes, les entreprises n’accordent pas toujours la priorité à la prévention de ces attaques », commente Thierry Gourdin, Head of Presales France, North and West Africa, Kaspersky Lab.

Sur le même sujet

Catherine CHAMBON Ministère de l'intérieur DGPN DCPJ

"La prévention de la cybermalveillance, une priorité de l'Etat"

Catherine CHAMBON - Sous-directeur de la lutte contre la cybercriminalité
Ministère de l'intérieur DGPN DCPJ

Général (2s) François Vernoux Club InterMines Gestion de crises

"La gestion de crise devrait être intégrée par toutes les entreprises"

Général (2s) François Vernoux - ancien permanent de direction du COGIC (Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises), président
Club InterMines Gestion de crises

Marik FETOUH Ville de Bordeaux

" La radicalisation touche essentiellement les jeunes"

Marik FETOUH - Adjoint en charge de l'égalité et de la citoyenneté
Ville de Bordeaux

Prochains rendez-vous

conférences

évements Preventica

Les conséquences de l'usage des objets connectés

CLUSIR PACA

Menaces cyber, des réponses adaptées avec des prestations certifiées

CNPP

Détection incendie et la Cybersécurité : Comment adapter les préconisations de l’ANSSI ?

FFMI

Le projet européen SAFECARE sur la protection physique et cyber des systèmes critiques de santé

ASSISTANCE PUBLIQUE - HOPITAUX DE MARSEILLE

La prise en compte de la sécurité dans la Smart City

CLUSIR PACA

Présents à Préventica 2019

Voir l'ensemble des partenaires