J-33 avant Préventica Paris     |     JE M'INSCRIS

L'absentéisme dans les collectivités territoriales se stabilise

taux absentéisme collectivites territoriales
ORGANISATION DE LA PREVENTION || AT / MP - Pénibilité
/

Le taux d'absentéisme reste stable en 2019 mais les arrêts de travail sont de plus en plus longs.


Le panorama SOFAXIS de la qualite de vie au travail et de la santé des agents dans les collectivités territoriales révèle en 2019 une image inédite avce des indicateurs qui restent stables depuis 2 ans.

Le phénomène concerne aussi bien la gravité des arrêts (nombre de jours d’absence), que leur fréquence (nombre d’absences) ou l’exposition des agents (nombre d’agents absents au moins une fois).Cette situation est d’autant plus remarquable qu’elle fait suite à une rupture importante dans l’évolution des absences en 2018 liée à la mise en œuvre d’un jour de carence en maladie ordinaire, une baisse importante de la fréquence et de l’exposition accompagnée d’une hausse de la gravité des arrêts.

Le taux d’absentéisme est le premier indicateur de la mesure des absences au travail pour raison de santé. Il mesure la part du temps de travail perdu en raison des absences. Il s’établit à 9,2 % en 2019 (hors congé maternité).
Comme chaque année, la maladie ordinaire est la première cause d’absence et représente une part supérieure à la moitié du taux d’absentéisme global. La longue maladie/longue durée, près d’un tiers et l’accident du travail (accident de service, accident de trajet et maladie professionnelle), 1,5 %, complètent l’ensemble.

La durée moyenne d’arrêt s’établit à un peu plus de 47 jours en 2019 et varie selon les différentes natures d’absences au travail. Les arrêts pour longue maladie/longue durée sont en moyenne les plus importants, suivis par l’accident du travail et la maladie ordinaire. La gravité continue sa progression régulière entamée plusieurs années auparavant.

A noter que les absences varient au regard de l’effectif employé.
Ainsi, les collectivités avec un faible effectif présentent une exposition et une fréquence moins importantes que les collectivités de plus grande taille mais les durées d’arrêt y sont plus longues.

Le fait qu’une absence ait un impact immédiat sur l’activité et le service rendu aux usagers explique pour sa part cet écart. Les agents des plus petites structures ont tendance à retarder leurs absences, qui peuvent alors générer des conséquences plus graves au moment où elles surviennent.
Dans les plus grandes collectivités, l’organisation permet souvent d’avoir un plus grand nombre d’agents dans les équipes. Cela peut permettre de pallier une éventuelle absence par un report ou une réaffectation des tâches sur l’effectif présent.