Seuls 20% des employeurs ont mis en place le Forfait Mobilités Durables

sante-qvt - Environnement de travail
/

Le Forfait Mobilités Durables peine à faire sa place en entreprise. La difficulté de récolter des preuves et le manque d’information à son sujet, freinent les employeurs selon un baromètre publié récemment.


Lancé en 2020 par la loi Orientation des Mobilités, le Forfait Mobilités Durables (FMD) permet aux travailleurs de bénéficier d’une aide de leur employeur pour les déplacements domicile-travail, à vélo, en covoiturage ou avec d’autres services de mobilités partagées. Le FDM prévoit la possibilité pour les entreprises de doter les salariés d’un budget allant jusqu’à 500 euros par an – uniquement valables pour les mobilités douces.

Concrètement, le FDM peut prendre la forme d’une participation à l’achat d’un vélo, d’un montant forfaitaire attribué à un salarié pour ses frais lorsqu’il fait du covoiturage, d’une participation à l’achat de titre de transport en commun (hors abonnement) ou encore d’une aide pour louer des véhicules en libre-service.  Ce forfait peut être cumulé avec la participation de l’employeur à l’abonnement de transport en commun.

Afin d’évaluer l’arrivée du FDM dans les entreprises, le Ministère en charge des Transports et l’ADEME, avec le soutien de France Mobilités ont lancé un baromètre piloté par Via ID et Ekodev. Celui-ci, réalisé auprès de 1047 organisations, indique notamment que :

  • 20% des organisations interrogées ont déployé le forfait – sur 1047 organisations, 73% appartiennent au secteur privé.
  • les deux principaux obstacles pour la mise en œuvre sont le manque de compréhension et d’informations sur le sujet (18%) et la difficulté à collecter les preuves (23%).
  • le plafond moyen est de 400€ - 25% des organisations vont au-delà de ce montant.

Parmi les employeurs privés qui ont déployé ou validé le FMD, 93% l’ont ouvert au moins au vélo, 53% au covoiturage, 45% aux transports en commun, 41% aux engins de déplacement en libre-service et 31% à l’autopartage. A noter, seules 16,6 % des organisations de droit privé ont ouvert le FMD à l’ensemble des modes éligibles.

En savoir plus :