Cancers : l'INCA publie ses chiffres 2019

cancer au travail
sante-qvt - Maladies professionnelles
/
04/04/2019 - Magali Rossignol

La brochure « L’essentiel des faits et chiffres », édition 2019, publiée par l'Institut National du Cancer met en lumière les données clés sur les cancers et la cancérologie.


Dans cette nouvelle édition, l'INCA fait un focus sur deux priorités émergentes : les cancers de mauvais pronostic et le poids des facteurs de risque de cancer.

La survie d’une majorité de cancers (sein, prostate, côlon, rectum, mélanome cutané…) s’est nettement améliorée ces dernières années. En 2017, 3,8 millions de personnes ayant eu un diagnostic de cancer au cours de leur vie sont toujours vivantes. Toutefois, les taux de mortanité évoluent faiblement pour les cancers de mauvais pronostic comme le cancer du poumon, du pancréas, de l'ovaire et du système nerveux central.

Côté prévention, l'INCA estime que 41% des cancers pourraient être évités en changeant son mode de vie. Depuis 30 ans, le nombre de nouveaux cas de cancers a doublé, malgré les progrès de la détection précoce et des traitements. Les cancers demeurent les principales causes de mortalité en France.
Selon les résultats de cette étude, en 2015, en France, 142 000 nouveaux cas de cancers seraient attribuables à des facteurs de risque modifiables.

Une inégalité forte s'observe entre hommes et femmes concernant ces facteurs de risque modfiables. Chez les hommes, le tabac (29%), l’alcool (8,5%), l’alimentation et les expositions professionnelles apparaissent comme les causes majeures. En revanche, chez les femmes, après le tabac (9,3%) et l’alcool (7,5%), c’est le surpoids/obésité qui arrive en 3e position des principaux responsables.