L’épuisement professionnels des chefs d’entreprises est très élevé

sante-qvt - Pénibilité
/

Le niveau de l’épuisement professionnel s’est significativement accru et la nature de cet épuisement s’est transformée pendant le confinement, par rapport à avant la crise, selon une étude de l’Observatoire Amarok.


Dédié à la santé des travailleurs non-salariés, l’Observatoire Amarok vient de présenter le deuxième volet d’une enquête nationale Covid-19 : « Entrepreneuriat français, relance économique et vaccination ».

Les résultats publiés fin février montrent que l’épuisement des chefs d’entreprises est à un niveau élevé jamais observé. Ils montrent que ce n’est plus le travail en lui-même qui est épuisant mais la crainte de ne pouvoir bien travailler (empêchement) ou de ne plus travailler (dépôt de bilan) qui épuise le plus les chefs d’entreprise.

Ces résultats indiquent aussi que l’épuisement habituel lié à une suractivité a muté en un épuisement d’empêchement où les sentiments d’impuissance et d’être coincé prennent le pas sur la déception et la lassitude.

« Les chefs d’entreprises se débattent sans trop savoir où ils vont. La seconde vague a suscité un confinement moins contraignant4avec possibilité d’agir malgré les couvre-feux. Pour autant, ils se débattent avec une lisibilité faible et une incertitude systémique » explique le rapport final.