L'événement de référence pour la sécurité des personnes et des biens

Augmentation des agressions à l’encontre du personnel hospitalier en 2010

Le dernier rapport de l’Observatoire national des violences en milieu hospitalier (ONVH) montre que les professionnels de santé sont en souffrance

Le dernier rapport de l’Observatoire national des violences en milieu hospitalier (ONVH) montre que les professionnels de santé sont en souffrance : les agressions et incivilités à leur encontre sont en constante augmentation :

  • 2690 faits signalés en 2006,
  • 5090 faits signalés en 2010.

La violence impacte sur les conditions de travail du personnel des établissements de santé et contribue à réduire leur bien-être au travail.

Une classification par niveau de risque

L’observatoire distingue 3 niveaux d’atteintes aux biens : des dégradations légères à celles touchant du matériel de valeur (médical, informatique, imagerie médicale...), en passant par les vols avec ou sans effractions, tags, dégradations de véhicules, incendies volontaires…

Il définit également 4 niveaux d’atteintes aux personnes : injures, insultes et provocations, consommation ou trafic de substances illicites (stupéfiants) ou prohibées en milieu hospitalier (alcool), chahuts, occupations des locaux pour les moins graves. Les agressions peuvent aller, dans les cas heureusement plus rares, jusqu’aux coups,  violences avec armes (armes blanches ou à feu, scalpels, rasoirs, objets dangereux)…  

Attention cependant à l’interprétation des chiffres : il importe de distinguer le ressenti de la réalité et de nuancer l’augmentation des signalements de violence : ils sont plus nombreux en raison de la politique incitative mise en œuvre par le ministère de la Santé et des directions des établissements de santé (politique de sécurité des personnes et des biens, signalements plus systématiques…)
Par ailleurs, on constate que l’accroissement des violences entraîne la diminution du seuil de tolérance : lassitude des personnels de santé.

Des violences qui touchent essentiellement les personnes

La violence à l’hôpital se banalise : les injures aux personnels sont ainsi devenues monnaie courante et expliquent sans doute, pour une part, leur malaise.
En effet, le rapport révèle qu’entre 2009 et 2010, les faits de violence ont augmenté de 7, 33 %. Et 83 % des violences déclarées sont des atteintes aux personnes : coups (46 %), insultes et injures (21 %), menaces (15 %).
Les atteintes aux biens augmentent, mais correspondent le plus souvent à des dégradations légères (14 % dégradations et vols simples contre 1 % d’incendies ou dégradations graves).
Les trois services les plus touchés restent la psychiatrie (32 %), les urgences (13.5 %) et la médecine générale (16 %), avec des spécificités par services. Et, d’une manière générale, presque tous les services des établissements de santé sont concernés par des atteintes physiques aux personnes.

Manque de civilité des patients

Les patients sont les auteurs de 71 % des faits signalés et les agressions sont tournées vers les soignants dans les ¾ des cas (une tendance qui ne s’infléchit pas). Les accompagnateurs ne sont pas en reste : ils sont responsables de 23,31 % des faits de violence. Les raisons du « mécontentement » : des horaires de visites qu’ils jugent trop restrictifs, difficultés à se conformer au règlement de l’hôpital…

Pour tenter de ramener la courtoisie à l’hôpital, plusieurs établissements ont intégré un pacte de civilité à leur livret d’accueil : celui-ci rappelle les droits du patient mais aussi ses devoirs, informe de la possibilité d’une sortie disciplinaire en cas de comportement contraire aux clauses du pacte.

Des propositions concrètes pour réduire les risques

La finalité du rapport, outre de détailler une situation difficile à vivre pour les soignants, souligne les points de défaillance du système et apporte des pistes d’actions structurelles et organisationnelles pour réduire les risques :
- amélioration des procédures d’alerte,
- organisation du travail pour garantir un personnel suffisant lors des pics de risques,
-…
Par ailleurs, l’ONVH a réuni un groupe de travail qui prépare un guide méthodologique. Objectif de ce dernier : simplifier les procédures d’accompagnement des professionnels de santé victimes de violence au travail.

Plus d’infos : http://www.infirmiers.com/.../les-agressions-de-personnels-hospitaliers-en-hausse-en-2010.html


Sur le même sujet

Prochains rendez-vous

conférences

évements Preventica

Sécurité des transports publics de voyageurs : enjeux et perspectives

KEOLIS

Etat des lieux de l'évolution des modes d'intervention depuis les attentats de 2015 et 2016

FESU / EFUS

La sécurité dans les entrepôts logistique de la grande distribution

PREVENTICA

Arrêt du RTC (Réseau Téléphonique Commuté) : Quelles solutions envisagées ?

ADMS

En milieu hospitalier, comme partout ailleurs, la sécurité est l’affaire de tous.

AP-HP

La formation-prévention au risque-incendie : un label pour s’y retrouver

FFMI

Présents à Préventica 2019

Voir l'ensemble des partenaires