La plateforme de référence pour un environnement de travail sain et sécurisé

Incidence du mouvement des gilets jaunes pour les entreprises : comment faire face aux blocages ?

Le mouvement de contestation actuel, qui touche de nombreux points du territoire, rappelle que les grands mouvements sociaux ont un impact sur l'économie et les entreprises, en désorganisant les filières logistiques et les itinéraires de transport des collaborateurs, fournisseurs et clients.

Les entreprises concernées ont fort intérêt à activer un plan de continuation d'activité, afin d'en limiter les impacts.

Au niveau ressources humaines, le droit du travail permet de mobiliser de nombreux dispositifs au cas par cas afin de gérer les aléas extérieurs entraînant baisse d'activité et absentéisme, tels que : télétravail, visioconférences, jours de RTT, envoi en formation, récupération d'heures perdues pour cause de force majeure, voire prise decongés payés sur justification de circonstances exceptionnelles (sous réserve de l’abus de droit), etc…

Après épuisement de ces mesures, le recours au chômage partiel peut éventuellement être demandé auprès de l’autorité administrative pour motif par exemple de difficultés d’approvisionnement en matières premières ou de circonstance de caractère exceptionnel si le mouvement vient à s’étendre ou se prolonger. Espérons d’ailleurs que les services de l’Etat se montreront conciliants, le cas échéant.

Dans ce cas notamment, l'adaptation de l'organisation de l'entreprise face aux situations de crise nécessite d'informer et de consulter les institutions représentatives du personnel, avant mise en œuvre des mesures.

Toute la difficulté, comparativement aux mouvements sociaux traditionnels, est ici d’avoir une prévisibilité suffisante des évènements en termes d’impact et de durée.

La constitution d’une cellule de crise et de veille paraît opportune, ne serait-ce que pour la gestion des déplacements du personnel, afin d’adapter les trajets et de donner des consignes appropriées pour éviter les situations de collaborateurs « naufragés de la route » sachant que le risque routier est l’un des plus accidentogène.

Dans ce cadre, la question de la sûreté mérite d’être abordée, compte tenu du risque d’incidents de voie publique ; il en va de l’obligation de sécurité de l’employeur (cf. https://www.ellipse-avocats.com/2013/03/surete-des-personnels-envoyes-en-mission/).

Les cas plus extrêmes de blocage de site ou de débordements posent la question de l’organisation de la sécurité des personnes et des installations de l’entreprise, via notamment l’éventuelle fermeture préventive de l’entreprise en cas de situation contraignante (cf. nos précédentes chroniques sur le lock out et l'exigence de sécurité en cas de conflit social) ainsi que et des modalités d’intervention de la force publique et de l’éventuelle responsabilité pour faute de l’Etat en cas d’inaction ou de refus d’intervention en cas de commission d’infraction pénales.

L’entreprise a fort intérêt à pouvoir documenter le cas échéant l’atteinte à ses intérêts patrimoniaux et extrapatrimoniaux, notamment via la réalisation de constats d’huissier, pour pouvoir éventuellement agir ensuite (assurances, contentieux, communication, etc.)

Sébastien MILLET - Cabinet ELLIPSE AVOCATS

Sébastien MILLET
Avocat spécialiste en droit du travail, de la protection sociale et des risques professionnels


Cabinet ELLIPSE AVOCATS
ellipse-avocats.com

Du meme auteur

"La surveillance technologique au travail devant les prétoires"

A l’heure où la CNIL estime nécessaire de poser des garde-fous face au développement des techniques de reconnaissance faciale, les tribunaux sont de plus en plus saisis d’affaires mettant en question la légalité de l’utilisation de moyens technologiques de surveillance au travail.
Typiquement, la recevabilité des preuves tirées de ces outils est très souvent au centre du débat, tout particulièrement lorsqu’il s’agit de démontrer l’existence d’une faute commise par le salarié.
Deux affaires récentes viennent illustrer l’approche des juges dans ce domaine :

"Mines et carrières : la réglementation du RGIE évolue "

Les dispositions du Règlement général des industries extractives (RGIE), régi par le décret n° 80-331 du 7 mai 1980, fixent les règles particulières en matière de santé et de sécurité au travail applicables à l’exploitation des mines et carrières (installations souterraines et de surface).

"Etablissements SEVESO : la place centrale des salariés dans la prévention des risques majeurs"

Le sinistre survenu à ROUEN le 26 septembre 2019 constitue un évènement marquant dans l’histoire des accidents industriels majeurs en France.


+ de chroniques

Sur le même sujet

Arnaud MARTIN Ministère de la santé

"La sécurité de l'hôpital de demain, un enjeu sociétal"

Arnaud MARTIN - Haut fonctionnaire de défense et de sécurité
Ministère de la santé

Vincent TERRENOIR Ministère de la santé DGOS

"La sécurité globale dans les établissements de santé, un objectif ambitieux"

Vincent TERRENOIR - Délégué pour la sécurité générale
Ministère de la santé DGOS

Sylvain LLEDO Ministère de l'intérieur - DGPN / UCGE

"Comment préparer la sécurité des grands événements ?"

Sylvain LLEDO - Commissaire de police
Ministère de l'intérieur - DGPN / UCGE

Prochains rendez-vous

conférences

évements Preventica


Les thématiques 2020

ZOOM SUR LE TRAVAIL DU FUTUR : Tendances et prospectives

ORGANISER, GÉRER la prévention des risques

PRODUIRE, CONSTRUIRE en toute sécurité

PROTÉGER la santé des salariés contre les pollutions de l’environnement de travail

DIALOGUER, ACCOMPAGNER, MOBILISER, FORMER

SÉCURISER les espaces de travail contre l’incendie et les actes de malveillance

AMÉNAGER le territoire pour favoriser l’environnement de travail

Présents à Préventica

Voir l'ensemble des partenaires