RDV en 2022 à NANTES & LYON ! |     JE M'INSCRIS

Prévenir le risque biologique

DOSSIER
SANTE ET ENVIRONNEMENTS POLLUANTS || Hygiène / propreté / décontamination / 11/09/2018

L’évaluation du risque biologique

Comme pour tout risque professionnel, l’évaluation du risque biologique devra suivre une méthodologie en 5 étapes :

  • Identifier les situations dangereuses (dangers, modes d'exposition)
  • Estimer la probabilité d'exposition (fréquence)
  • Estimer la gravité des dommages en cas d'exposition
  • Hiérarchiser les risques
  • Déterminer les mesures de prévention à mettre en place (humains, organisationnels, techniques) en privilégiant le collectif à l'individuel

Prévention du risque biologique

La prévention des risques consiste à rompre la chaine de transmission le plus en amont possible en s'appuyant sur des mesures d'organisation du travail, d'information et de formation de l'ensemble du personnel.

Les protections collectives et individuelles complètent les mesures de prévention.

La prévention se déploie sur toute la chaine de transmission :

Agir sur le réservoir : dépister et traiter au plus tôt les individus réservoir (ex abattage d'un troupeau en cas d'infection), nettoyer, désinfecter, stériliser lorsque cela est nécessaire, lutter contre la prolifération d'insectes et de rongeurs susceptibles de diffuser des agents pathogènes.

Empêcher l'accès au réservoir : fermer les portes de sortie (gestion des déchets, confinement des réservoirs)

Agir sur la transmission : isoler les individus contagieux, séparer les zones contaminées des zones non contaminées, appliquer quand c'est possible le principe de marche en avant (du sale vers le propre sans possibilité de retour en arrière) ; améliorer la qualité de l'air par ventilation et assainissement de l'air (diminution du risque de transmission par inhalation).
 
Mesures d’hygiène et de protection collective et individuelle :

Hygiène

  • Eviter tout contact des mains souillées avec les yeux le nez et la bouche
  • Désinfecter et protéger les plaies cutanées
  • Se laver les mains à l'eau potable et au savon
  • Différencier les vêtements de travail des vêtements civils
  • Distinguer les vestiaires pour éviter la contamination des effets personnels
  • Mettre à disposition une trousse de premier secours (contenu défini avec la médecine du travail)
  • Nettoyer et désinfecter les locaux professionnels

laver les mains

 Protections :

  • La protection collective doit toujours être privilégiée. Lorsqu'il n'est pas possible de la mettre en œuvre, ou en complément de celle-ci, la protection individuelle peut s'avérer efficace pour éviter la transmission des agents pathogènes. On mettra alors à disposition les EPI (Equipements de Protection Individuelle) appropriés (bottes, gants, combinaison, lunettes de protection, etc) en bon état, propres et entretenus.
  • Identifier et équiper les locaux de façon appropriée : ventilation, zones confinées identifiées, etc


La vaccination : les défenses immunitaires peuvent être stimulées par la vaccination, un moyen de prévention très efficace, mais le nombre d'agents infectieux pour lequel on dispose d'un vaccin est malheureusement très limité. Le calendrier vaccinal prévoit les recommandations vaccinales pour la population générale et pour les professionnels. Il est modifié chaque année et publié par le bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) de l'InVS (institut de veille sanitaire).

PARTAGEZ :