Quelles sont les conséquences de l'exposition à l'amiante ? - Santé au travail

Quelles sont les conséquences de l'exposition à l'amiante ?

D'après un dossier du FNP-CNRACL, "Amiante", décembre 2015
En savoir plus : https://www.cdc.retraites.fr


securite-au-travail - Santé au travail
/

52  pays  interdisent actuellement l’amiante. Pour  autant, l’exposition existe toujours à différents niveaux avec un impact sur la santé dans le temps. L’amiante est à l’origine de pathologies pouvant être graves telles que le mésothéliome pleural.

Si l’exposition est bien identifiée pour certains métiers qui impliquent une manipulation régulière de matériaux contenant de l’amiante, elle semble moins évidente pour d’autres activités. En effet, certains agents, voire des usagers, peuvent y être exposés de manière indirecte.

Dans tous les cas, des plans de prévention doivent être mis en place par l’employeur pour prévenir les risques.

L’étude ARDCO (Abestos related disease cohort) réalisée en 2001 par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) dans quatre régions de France, définit trois classes d’exposition :

  • Expositions directes : La personne déclare manipuler des matériaux contaminés par l’amiante (MCA) ou l’expert considère que la manipulation de MCA est quasi obligatoire dans l’emploi ;

  • Expositions indirectes : La personne ne déclare pas manipuler des MCA mais elle peut y avoir été exposée du fait de la co-activité (travail à proximité de personnes manipulant des MCA). La notion de co-activité implique une association logique de plusieurs postes de travail éventuellement différents au même endroit. La notion de co-activité exclut les associations fortuites (exemple : présence d’un électricien manipulant des MCA à proximité d’une secrétaire) ;

  • Expositions passives : La personne est exposée aux fibres d’amiante uniquement du fait de la présence de MCA dans les locaux (plafonds, murs,…), sans les manipuler et sans notion de co-activité.

affectation des jeunes à des travaux en hauteurRappelons que l’amiante est classée substance cancérogène certaine pour l’homme (classé dans le groupe 1 par le Centre International de Recherche sur le Cancer – la classification des agents selon leur degré d’indication de cancérogénicité comprend quatre groupes par ordre décroissant: 1, 2, 3 et 4) et classé en 1A par l’Union européenne.

À partir du 1er juin 2015, le règlement européen relatif à la classification, l’étiquetage et l’emballage (CLP) est la seule législation en vigueur en matière de classification et d’étiquetage des substances et des mélanges.

La principale voie d’entrée dans l’organisme se fait par inhalation. Lorsqu’elle a pénétré dans l’organisme, la fibre d’amiante se dépose au fond du poumon et peut alors migrer jusqu’à la plèvre.

Elle peut provoquer localement une inflammation, au mieux bénigne mais aussi induire une anomalie chromosomique conduisant à une transformation des cellules en cellules cancéreuses.