L'événement de référence pour la

Comment gérer la sécurité incendie d’un site de 12 000 personnes

Serge Vespa a 25 ans de carrière à l’Aérospatiale puis chez Eurocopter, où il a toujours œuvré en faveur d’une prise en charge globale de la prévention des risques. Aujourd’hui Responsable Santé Sécurité Environnement pour Eurocopter France, il nous fait partager sa vision de son métier ainsi que son engagement auprès de l’AGREPI.

Quel est le périmètre de votre fonction en tant que responsable SSE Eurocopter France ?
J’ai en charge de bâtir et d’assurer le suivi de la politique Santé Sécurité Environnement pour nos deux sites français de Marignane et de la Courneuve.
Tout naturellement, la prévention et la protection incendie ainsi que les premiers secours y sont intégrés
Pour mener à bien cette tâche, mon équipe se compose de 16 personnes réparties sur les 2 sites.

Dans le domaine de la sécurité incendie, quelles sont les spécificités d’un site tel que Marignane ?
Le site industriel de Marignane, c’est une petite ville de plus de12 000 habitants, qui est en activité 24h sur 24 et 7 jours sur 7. La politique de sécurité incendie est bâtie en premier lieu à partir de l’expertise de notre responsable Incendie et Secours, sur la base d’un outil informatique de suivi et de maîtrise des risques et en partenariat avec notre assureur.
Pour ce qui est du fonctionnement quotidien, nous avons sur place une flotte de véhicules de secours et une équipe de pompiers professionnels (BMPM), opérationnels en permanence. Le principe majeur est l’anticipation et la détection d’un début d’incendie le plus tôt possible. Le recours à l’extinction doit être limité au maximum.

Comment inscrivez-vous la sécurité incendie dans votre politique SSE ?
La sécurité incendie s’intègre parfaitement dans un spectre global de maîtrise des risques.
Le risque incendie est intégré en amont dès la conception des locaux, des nouveaux process ou produits. Pour exemple, nous participons aux choix des matériaux constructifs ayant les meilleurs comportements au feu, ainsi qu’à l’introduction de nouveaux produits chimiques dans nos process en intégrant dans les critères SSE de validation, les points d’éclair hauts…

Dans quel état d’esprit travaillez-vous pour faire passer les messages de prévention qu’ils soient liés à la à la sécurité incendie ou à la santé-sécurité au travail ?
Mon équipe et moi-même considérons que nous avons un rôle d’aiguillon, de catalyseur mais également une mission de contrôle. L’objectif est d’arriver à ce que chacun s’approprie la culture sécurité et que la prévention devienne un réflexe au quotidien.
Nous avons aujourd’hui dépassé les messages « traditionnels » de prévention. Nous travaillons essentiellement sur le facteur humain, pour faire évoluer les comportements.

Sur le même sujet

Voir l'ensemble des partenaires