Fabrizio Pariselli - CNRS : Prévenir le risque chimique grâce à la formation
J-39 avant Préventica Paris     |     JE M'INSCRIS

Prévenir le risque chimique grâce à la formation

SANTE ET ENVIRONNEMENTS POLLUANTS ||
/
Fabrizio Pariselli  - CNRS
Fabrizio Pariselli
Directeur de l’unité de prévention du risque chimique (PRC) de l’Institut de Chimie (toxicologue)
CNRS

Proposés aux acteurs du secteur public comme à ceux du privé, les stages en prévention des risques chimiques de l’unité PRC du CNRS continuent d’évoluer avec les nouveaux besoins du secteur, et s’adaptent à toutes les structures concernées. Fabrizio Pariselli revient sur l’offre de son unité et les changements à venir.

Pourquoi avoir créé cette offre de formation, ouverte à tous les publics ?
Notre unité PRC existe depuis une trentaine d’années. À l’origine, il s’agissait d’une unité de soutien pour le CNRS, mais nous nous sommes rapidement étendus en constatant qu’il y a un besoin et une forte demande d’experts. Nous avons donc mis nos compétences en conseils et formations au service de laboratoires, d’entreprises du secteur de la chimie, mais aussi d’acteurs industriels, notamment de la métallurgie.
Nos formations s’adressent aux utilisateurs de produits chimiques, comme aux animateurs de prévention et aux médecins du travail, selon plusieurs niveaux. Nous assurons des sessions « inter-entreprises » via l’organisme de formation CNRS Formation Entreprises, mais nous proposons également d’intervenir directement dans les structures de façon plus personnalisée. Ces interventions à la carte permettent aux organisations de travailler directement sur les thématiques qui leur sont propres. Pour cela, il suffit de nous contacter ou de contacter l’organisme de formation directement.

Quels ont été les grands changements ces dernières années ?
Évidemment, nous prêtons particulièrement attention aux changements dans les réglementations et les préoccupations et nous nous adaptons en fonction de cela, mais les objectifs pédagogiques de nos formations restent relativement les mêmes. Nous nous adressons aux salariés qui manipulent les produits et à leurs managers pour la prévention, donc les pratiques de sécurité conservent un même esprit.
Dans notre offre de formation, comme nous avons tout de même un attachement avec le CNRS, nous avons à cœur d’apporter des connaissances concrètes sur les produits et leurs conséquences. Notre objectif, c’est que les stagiaires puissent avoir une compréhension globale des dangers des produits et des enjeux auxquels ils sont confrontés.

Comment la prévention du risque chimique devrait-elle évoluer ?
Le risque chimique est de plus en plus pris en compte, notamment dans la formation initiale, et c’est une bonne chose. Mais nous sommes convaincus qu’il reste encore beaucoup de choses à faire dans ce sens. C’est pourquoi nous continuerons évidemment nos missions de prévention et de formation, tout en encourageant l’acquisition de nouvelles compétences dans les organisations.