L'événement de référence pour la sécurité des personnes et des biens

Notre cheval de bataille : la lutte contre le travail illégal

L’ADMS (Association Nationale des Métiers de la Sécurité) a fêté ses 20 ans, il y a quelques mois. L’occasion de revenir sur le parcours et les objectifs de cette organisation professionnelle historique dans le monde de la sécurité privée
Zoom.

Présentez-nous l'ADMS
J'ai créé l'ADMS en janvier 1999 avec la volonté d'apporter un soutien, des conseils et d'accompagner les entrepreneurs du monde de la sécurité dans leurs démarches.
Aujourd'hui, nos adhérents se situent aussi bien dans le domaine de la sécurité électronique que dans la surveillance humaine et sont majoritairement des petites entreprises. L'ADMS se positionne comme un interlocuteur entre ses adhérents, leurs préoccupations de terrain et les instances de la profession : Ministère de l'intérieur : le CNAPS ou le Ministère du travail. L'ADMS est représentée au sein des comités de certification services et produits AFNOR / APSAD. Nous pouvons ainsi être au cœur des évolutions de la profession et nous en faire l'écho auprès de nos adhérents.

Quels sont les grands chantiers sur lesquelles travaille l'association ?
Nous avons mis en place un accompagnement pour la mise en conformité au RGPD correspondant aux spécificités de la profession et à la structure des adhérents de l'ADMS. Nous souhaitons proposer également un accompagnement pour aider nos adhérents à se protéger des menaces de cybersécurité qui évoluent, liées à l'internet, caméras I.P. etc…
Par ailleurs, suite aux premières mesures de la nouvelle représentativité patronale de 2017, nous allons mettre tout en œuvre pour présenter notre demande de représentativité patronale qui nous paraît tout à fait légitime. Nous préparons notre dossier pour déposer notre candidature en 2020, en vue des prochaines élections qui se dérouleront en 2021 selon les modalités définies dans l'arrêté du 13 juillet 2016. Cette représentativité nous permettra de négocier au niveau de la branche les accords collectifs et de mieux représenter les entreprises de sécurité privée.

Enfin, la croisade que je mène depuis 2005, c'est la lutte contre le travail illégal.

Justement, où en est votre combat contre les pratiques déloyales ?
C'est en 2007 que nous avons signé la première convention de partenariat pour la lutte contre le travail illégal suite à notre premier rendez-vous auprès de la DILTI « Délégation Interministérielle pour la lutte contre le travail illégal » en 2005 avec le chargé de mission Philippe COMTE qui nous a fait le plaisir d'être présent pour les 20 ans de l'ADMS. Cette convention a été réactualisée en 2012 en partenariat avec la Direccte, l'Urssaf, le Cnaps, les organisations professionnelles et syndicales. Cette convention a été déclinée en région Midi-Pyrénées en 2014, en région Paris Ile de France en 2015 en PACA en 2018, et l'Hérault en 2019. Prochainement l'Occitanie toujours sous l'impulsion de l'ADMS.
Ces conventions favorisent les échanges entre les différentes instances signataires, ce qui va permettre d'être plus efficace au niveau des contrôles des entreprises de sécurité privée dont les pratiques illicites entravent la pérennité de celles respectant la législation en vigueur. Ces conventions ont également comme objectif d'informer les donneurs d'ordre publics et privés sur leur devoir de vigilance. Pour avoir des prestations de qualité, il est indispensable de sensibiliser les donneurs d'ordre afin qu'ils arrêtent de privilégier dans la plupart des cas, le moins disant.

Dans le cadre du rapport sur le continuum de la sécurité, nous avons rencontré Alice THOUROT, Députée, co-rédactrice de ce rapport avec Jean Michel FAUVERGUE pour lui faire part, de notre analyse sur l'évolution de la profession. Nous avons évoqué différents sujets. Entre autres, l'intégration des installateurs d'alarmes dans le champ du CNAPS afin de moraliser cette profession qui détient un certain nombre d'informations pouvant atteindre la fiabilité des systèmes et la sécurité des biens et des personnes. La surveillance des lieux publics qui à notre sens, devrait être élargie afin de permettre aux forces de l'ordre de pouvoir s'appuyer sur les entreprises de sécurité privée dans un cadre bien réglementé. La protection juridique, la formation…

Devant les nouveaux risques de cybersécurité, et autres actes de malveillance, les nouvelles technologies l'évolution de la réglementation, L'A.D.M.S., en tant qu'organisation professionnelle, se doit d'être proche de ses adhérents et de l'ensemble de la profession pour oeuvrer vers la professionnalisation et la moralisation de l'ensemble des métiers de la sécurité.

Sur le même sujet

Vincent TERRENOIR Ministère de la santé DGOS

"La sécurité globale dans les établissements de santé, un objectif ambitieux"

Vincent TERRENOIR - Délégué pour la sécurité générale
Ministère de la santé DGOS

Sylvain LLEDO Ministère de l'intérieur - DGPN / UCGE

"Comment préparer la sécurité des grands événements ?"

Sylvain LLEDO - Commissaire de police
Ministère de l'intérieur - DGPN / UCGE

Guillaume FARDE SCIENCES PO

"Le continuum de sécurité, une solution au défi du maintien de l'ordre public ?"

Guillaume FARDE - Maître de conférences
SCIENCES PO

Prochains rendez-vous

conférences

évements Preventica

Sauvegarde des populations, retex des maires

CLUB INTERMINES GESTION DE CRISE / FESU - mardi 8 oct. à Marseille

L'hôpital face aux violences au quotidien

CLUB DES DIRECTEURS ET CONSEILLERS SURETE DES ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS - mercredi 9 oct. à Marseille

Sauvegarde des populations, bonnes pratiques opérationnelles

CLUB INTERMINES GESTION DE CRISE - mercredi 9 oct. à Marseille

Présents à Préventica 2019

Voir l'ensemble des partenaires