Sébastien Duflot - Aer Lingus : La culture de l’aérien pour une meilleure gestion des risques

La culture de l’aérien pour une meilleure gestion des risques

management-sst - Evaluation des risques
/
Sébastien Duflot  - Aer Lingus
Sébastien Duflot
Fondateur de Air Process Management, pilote de ligne sur A 320
Aer Lingus

Pour aider les entreprises à mieux réagir face aux risques et à se prémunir de ceux-ci, Air Process Management propose de mettre à profit l’expertise du domaine aérien. Son fondateur, Sébastien Duflot, détaille les avantages de sa démarche.

Pourquoi avoir fondé Air Process Management ? Quel était le constat initial ?
En tant que pilotes, nous sommes souvent sollicités en ce qui concerne la sécurité. De plus, j’ai moi-même une expérience en tant qu’instructeur sur simulateur, qui m’a permis de créer un contact avec plusieurs entreprises. Au fur et à mesure, j’ai pu constater que de nombreux exemples spécifiques à l’aérien se transposaient très bien à d’autres domaines, qui pouvaient bénéficier de notre approche. De là est née l’idée d’Air Process Management. Beaucoup de process actifs issus de l’aérien sont déjà utilisés dans de nombreux domaines, notamment dans le médical, mais nous voyons émerger un intérêt pour la culture de l’aérien ; là est la nouveauté.

Quelles sont les spécificités du secteur aérien pour la prévention des risques ?
En premier lieu, il y a donc une culture particulière. Celle-ci est plutôt anglo-saxonne, mais arrive peu à peu en France. Cette philosophie d’entreprise repose d’abord sur le principe d’un système de retour d’expériences performant. L’idée étant de ne pas attendre l’incident pour se remettre en question et réagir. Cela demande d’utiliser au quotidien l’erreur comme un motif de progression, et non de punition. Quand une erreur non volontaire est commise, vous devez vous-même savoir ce que celle-ci peut apporter et la partager, de manière anonyme le plus souvent. Le processus peut alors être enclenché, les rapports sont liés, partagés avec tout le monde afin que l’organisation puisse s’en inspirer. Ensuite, des formations à thèmes peuvent être conduites pour palier à cette erreur. Bien entendu, cela ne veut pas dire tout laisser passer ; la sanction reste présente s’il s’agit d’un acte délibéré. Mais si cette culture est acceptée par les dirigeants et les salariés, l’erreur peut devenir une base de travail.
Nous sommes également exposés aux risques en bout de chaîne, dans un environnement où tout va littéralement à 1000 à l’heure. Nous ne pouvons tout simplement pas appuyer sur pause pour souffler. C’est pourquoi nous avons des process ultras efficaces. Par exemple, l’apprentissage d’acronymes nous permet de résumer de façon claire, complète et précise une situation grave en seulement 40 secondes, afin de choisir les meilleures solutions le plus rapidement possible. Donc cette culture passe aussi par un lexique, un langage, qui permet d’être plus efficaces. Comme dans d’autres secteurs, la sécurité est impérative dans l’aérien. Et ces process, associés à un reporting constant, nous permettent de ne laisser passer aucune petite erreur qui pourrait grandir avec le temps.

Comment vos méthodes se transposent-elles aux autres secteurs ?
De nombreux dirigeants sont en demande, notamment pour la gestion du risque réactif. Les secteurs les plus réceptifs sont ceux du transport ; qu’il soit ferroviaire, maritime, ou encore du transport en commun. Ils partagent la même logique que nous, avec un risque actif en déplacement, donc le parallèle est facilement établi. Pour les autres entreprises, il faut d’abord sonder la structure, pour identifier ces besoins et réagir en fonction. Nous nous intéressons vraiment à l’interaction entre l’humain et son environnement, donc nous partons de modèles théoriques pour nous plonger dans l’entreprise et identifier les risques des interfaces et des procédures. Cela étant, il n’y a pas de règle générale, l’action menée dépend vraiment des organisations.

Actuellement, quels sont vos projets ?
Pour le moment, nous sommes en phase de développement. Nous avançons étape par étape, en cherchant à nous approcher d’entreprises de secteurs variés. Un des objectifs, à terme, serait peut-être de développer des solutions informatisées labellisées Air Process Management afin d’aider les entreprises dans l’ergonomie de la gestion des risques au quotidien.
Mais nous ne cherchons pas à faire seulement de l’intervention et du conseil. Nous sommes également prêts à animer des conférences sur la gestion des risques et à échanger avec différents domaines, afin de collaborer et de nous nourrir de leurs expériences.