J-40 avant Préventica Paris     |     JE M'INSCRIS

Cancers professionnels : Santé Publique France pérennise son système de surveillance, Sicapro

ORGANISATION DE LA PREVENTION || Management SST
/

Santé publique France a étudié la faisabilité de développer un système de surveillance des cancers liés à l’activité professionnelle et au secteur d’activité. Les résultats de cette étude viennent d’être publiés.


Lancée en 2010, l’étude pilote Sicapro vise à en savoir plus sur la faisabilité de la mise en place d’un système de surveillance de l’incidence des cancers en lien avec l’activité professionnelle. Actuellement, un tel système n’existe pas. Seule la mortalité des cancers en fonction de la profession est étudiée.

Les objectifs de l’étude étaient :

  •   d’étudier la performance de l’appariement à partir des données de l’état civil des personnes atteintes de cancer issues des registres et celles figurant dans les données de la Cnav ;
  •   d’identifier les données d’historiques professionnels disponibles dans les bases de la Cnav et d’étudier la qualité de ces données administratives dans un but de surveillance épidémiologique ;
  •   de mettre au point les différents indicateurs qui pourront être construits en routine pour le système de surveillance final et d’étudier les limites de la démarche, notamment dans l’identification des expositions professionnelles.

L’étude montre que Sicapro est un système de surveillance jugé efficace, et ce, à plusieurs titres :

  • Peu de surcharge de travail car à un système intégré basé uniquement sur des données préexistantes de très bonnes qualité et complétude
  • Limitation au maximum de toutes les mesures contraignantes pour les patients et pour les personnels de santé
  • Recueil exhaustif par les registres des cas incidents de cancers de leur zone
  • Représentatif de la population salariée au régime général et à terme représentatif de l’ensemble des salariés

Pour rappel, en 2010, 12% des salariés avaient été exposés à au moins une nuisance cancérogène. La proportion de cas de cancers attribués à des facteurs professionnels est estimée entre 4% et 8,5% soit 15 000 à 33 000 nouveaux cas chaque année.

En savoir plus :