Les conduites addictives en entreprise ne sont pas un phénomène isolé

sante-qvt - Addictions
/

Le gouvernement publie un rapport qui dévoile de nombreuses données scientifiques sur l’usage de substances psychoactives par les salariés en entreprise. Le but étant de faire évoluer l’approche des conduites addictives par les managers et les différents acteurs impliqués dans la prévention.


La Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) en partenariat avec l’INSERM vient de publier un rapport qui exploite les données de la cohorte CONSTANCES, outil pour la recherche épidémiologique au service des politiques de santé publique et de santé au travail.

Ce rapport est destiné à améliorer la prise de conscience des dirigeants, DRH, acteurs de la prévention, partenaires sociaux, services de santé au travail, salariés et agents dans les entreprises et les services publics vis-à-vis des addictions en milieu professionnel.

Il présente une série de données sur la part des usagers de tabac, d’alcool, de cannabis et de médicaments psychotropes des salariés et agents du secteur public en fonction des catégories professionnelles, du sexe, de l’âge et des conditions d’emploi.

Le rapport expose notamment que :

  • Si la part des fumeurs diminue avec l’âge, l’intensité de leur consommation augmente (chez les hommes de plus de 50 ans, ils sont plus de 33 % à fumer 20 cigarettes ou plus par jour contre 13% pour les 18-35 ans).
  • Parmi la population active occupée, 19.8 % d’hommes et 8 % de femmes ont un usage dangereux de l’alcool
  • Comme pour les autres produits psychoactifs (sauf pour les médicaments psychotropes anxiolytiques), les 18-35 ans sont les plus concernés par l’usage de cannabis.
  • Le  mésusage  des  médicaments  psychotropes  anxiolytiques  est  plus  fréquent  dans  les  catégories  d’âge les plus élevées et il est environ deux fois plus fréquent chez les femmes que chez les hommes.

En guise de préambule, l’étude rappelle « qu’il ne s’agit pas uniquement de pratiques isolées et individuelles mais d’un fait social qui impacte le milieu de travail mais trouve aussi ses racines dans certaines formes d’organisation et de relations de travail. »

En savoir plus :