Préventica Paris, c’est déjà fini… Merci à tous de votre participation. RDV A Nantes ! |     JE M'INSCRIS

Le bilan 2012 des conditions de travail en France est paru

Bilan conditions de travail
||
/
Comme chaque année, le Ministère du Travail publie son bilan 2012 des conditions de travail. L’occasion de faire un point sur les données chiffrées et les actions prioritaires : amiante, RPS, pénibilité.

Le document du Ministère du travail est très complet et fort bien documenté.
Les données chiffrées sur les accidents du travail et les maladies professionnelles couvrent aussi bien le secteur privé que le secteur public ou le secteur agricole.

On y apprend ainsi que dans le secteur privé, la fréquence et la gravité des accidents du travail sont globalement en baisse, notamment parmi les salariés les plus exposés. Néanmoins, certains secteurs se révèlent plus accidentogènes : les transports, le travail intérimaire, l’industrie pharmaceutique…
Les principales causes d’accidents du travail restent les manutentions manuelles, les accidents de plain-pied et les chutes de hauteur.

Le nombre de maladies professionnelles a baissé de 1,9% entre 2011 et 2012. Toutefois, le ministère n’avance aucune explication sur les facteurs expliquant cette inversion de tendance.
Les TMS demeurent la première cause de maladies professionnelles déclarées : 77,7% des cas.

Le Ministère du travail avait inscrit dans son programme de prévention trois domaines prioritaires pour 2012 : le risque amiante, les risques psychosociaux (RPS) et la pénibilité.

En ce qui concerne le risque amiante, la proportion de salariés exposés a diminué de moitié entre 1994 et 2010. Mais parallèlement certaines professions connaissent une hausse de l’exposition au risque : les plombiers-chauffagistes, les ouvriers du gros œuvre du bâtiment et les ouvriers en maintenance électrique et électronique.
Les actions réglementaires et les campagnes d’information engagées en matière d’amiante en 2012 devraient contribuer à faire encore baisser ce chiffre.

La prévention des RPS est devenue un axe fort de l’action des pouvoirs publics. Après le temps de l’urgence, l’objectif est aujourd’hui d’aider les acteurs de la prévention à mieux comprendre et prévenir les RPS, via notamment des modélisations.

Enfin, sur le thème de la pénibilité, le volet de la loi de réforme des retraites de 2010 sur la fiche individuelle et le départ anticipé commence à porter ses fruits. En 2012, la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse) a recensé 6 358 demandes de départ anticipé en retraite, dont 4 007 ont été accordées.
Le chantier de la pénibilité reste prioritaire pour le gouvernement et les partenaires sociaux.

En savoir plus :