Revue de presse

La partie A du tableau 57 est enfin révisée

Hasard du calendrier, la révision de la partie A du tableau 57 des maladies professionnelles (très attendue) est enfin effective quelques jours après le lancement du 4e volet de la campagne de sensibilisation gouvernementale sur les TMS.
Ainsi, le décret nº 2011-1315 en date du 17 octobre 2011 apporte des modifications quant à la désignation des maladies et les conditions de prise en charge.

Cette révision, qui concerne exclusivement les pathologies de l’épaule d’origine professionnelle, est importante, car le tableau 57 (« Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail ») représente à lui seul 80 % des pathologies professionnelles reconnues et indemnisées.
Elle est effective au 20 octobre.

Il s’agit de la première modification de ce tableau depuis 1991. La commission chargée d'évaluer les sous-déclarations des risques professionnels souhaitait depuis longtemps le voir évoluer pour s’adapter aux nouvelles conditions de travail, aux progrès de la recherche en la matière et aux classifications des sociétés savantes.

 

Les changements du tableau nº 57-A apportés par le décret :

- Modification de la partie gauche du tableau, concernant la définition des pathologies réparées et les moyens de diagnostic. La précédente définition était peu précise, évoquant des « épaules douloureuses ». Désormais, on parle de tendinopathie aiguë ou chronique non rompue non calcifiante, de rupture partielle ou transfixiante de la coiffe des rotateurs…
Augmentation des délais de prise en charge (partie centrale du tableau),
-  Introduction d’une durée d’exposition minimale de 6 mois pour les tendinopathies chroniques et de 1 an pour les ruptures de la coiffe des rotateurs.
- Introduction, pour la première fois en matière de TMS, de durées quotidiennes d'exposition : le décret impose de justifier d’un travail en abduction avec un angle supérieur à 60° pendant au moins 6 mois, plus de 2h par jour.
Renforcement des critères de reconnaissance en maladie professionnelle (plus de contraintes) : suppression de la notion précédente de « mouvements forcés des épaules » ; seuls les mouvements en abduction (c'est-à-dire le bras se décolle du corps sur le côté) seront pris en charge et seulement si l'angle de travail dépasse 60° (la version précédente acceptait les mouvements d'épaule en rotation, antépulsion ou rétropulsion).

Les opposants au texte, syndicats en tête, craignent une réduction artificielle du  nombre de maladies professionnelles reconnues et donc une amélioration factice des statistiques sur les TMS : en effet, les critères, très précis, vont accroitre les difficultés pour les médecins de justifier la pathologie.

Consulter le décret 



Document mis en ligne en novembre 2011

Partagez :

Recevez gratuitement notre Newsletter :  



Congrès/Salon Préventica

LE MAGAZINE LES CONGRÈS/SALONS
Préventica 2014 Rétrospective


Qui sommes-nous ? | contact | recommander ce site | ajouter ce site à mes favoris | engagement eco-citoyen
Copyright © 2000 Communica - Tous droits réservés | Site déclaré a la CNIL sous le N° 882590