Bordeaux2, 3, 4 oct. 2018

La santé au travail en 2018 : une priorité stratégique majeure

Yves Struillou

Yves Struillou
Directeur Général du Travail

Les enjeux de la santé au travail bénéficient, depuis de nombreux mois, d'un intérêt dont nous ne pouvons que nous réjouir collectivement. Cet intérêt témoigne sans doute de l'action opiniâtre, que nous menons collectivement, notamment dans le cadre du 3ème plan santé au travail (PST 3), au profit de la prévention des risques professionnels. La Direction générale du travail aura l'occasion de rappeler au cours du Salon, en évoquant le sujet toujours aussi sensible des chutes de hauteur, que, pour être innovant, le PST 3 ne sacrifie aucunement ses actions les plus durablement inscrites dans le temps.

Chacun a en effet pu observer que diverses initiatives ont été prises et des missions engagées depuis la fin de l'année 2017 visant à explorer les sujets traités par le PST 3. Sans les citer toutes ici, on pourra noter l'intérêt particulier que la question du maintien en emploi suscite, comme en témoignent le rapport de l'inspection générale des affaires sociales consacré à la prévention de la désinsertion professionnelle des salariés malades ou handicapés, dont le ministère du travail explore les pistes, et les travaux en cours, qu'accompagne et soutient la haute autorité de santé, conduisant à l'élaboration de recommandations de bonnes pratiques à l'intention des médecins du travail sur cette thématique. L'Aract Aquitaine interviendra d'ailleurs, durant le salon, sur la question sensible des maladies chroniques évolutives affectant les dirigeants de TPE.

Ces exemples ne sont pas anodins : ils attestent de ce qu'une des forces du PST 3 réside dans la pertinence de ses choix et dans sa capacité à rendre plus visibles les enjeux qu'il porte, notamment celui de la prévention. Il le fait même au-delà de sa sphère naturelle, lorsqu'il affirme que le travail n'est pas seulement pathogène, que la prévention des risques professionnels est une condition indispensable du bien-être et qu'elle est bénéfique à la performance globale de l'entreprise. Cette conviction collective est désormais très largement partagée, puisque la stratégie nationale de santé, adoptée à la fin de l'année 2017 et relayée en 2018 par le plan national de santé publique, l'aborde elle-même en reprenant à son compte ces grandes thématiques du PST 3 : priorité à la prévention primaire, qualité de vie au travail, meilleure collaboration entre médecine de ville et médecine du travail, notamment. Surtout, c'est désormais l'être humain pris dans sa globalité, suivi dans son individualité comme dans ses relations sociales, qui occupe une place centrale.

C'est cette même approche de la santé qui nourrit le rapport rendu en août dernier par Madame la députée Charlotte Lecocq et Messieurs Dupuis et Forest, pour simplifier l'organisation du système en matière de santé au travail et redynamiser la politique de prévention des risques professionnels. L'ambition est réelle, les propositions riches et les changements possibles importants. Je ne doute pas de ce que les nombreux débats proposés dans le cadre du salon Préventica de Bordeaux donneront un large écho aux recommandations que ce rapport a présentées au Premier Ministre et qu'ils enrichiront la concertation engagée dans ce cadre avec tous les acteurs de la santé au travail.

Prochains rendez-vous

conférences

évements Preventica

Innovation : coopérations exemplaires Enseignement Supérieur - Entreprises

CERCLE ENTREPRISES ET SANTE

Travailler avec un collaborateur sourd ou malentendant : découvrez Tadeo

TADEO

Qualité de vie au travail et Qualité du travail : conflits et dialogue

CNAM

Actions d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes : quels impacts sur la santé et le bien-être des collaborateurs ?

DEVOTEAM

Comment utiliser des produits dangereux en toute sécurité - DENIOS Academy ?

DENIOS

Construisons ensemble un CSE intelligent !

COOPERACTIV

Présents à Préventica 2019

Voir l'ensemble des partenaires