RDV à LYON 2022 ! |     JE M'INSCRIS

Laurent de La Clergerie explique les bénéfices de la semaine de 4 jours

Laurent de La Clergerie explique les bénéfices de la semaine de 4 jours

Psychologie du travail
/
29/06/2022
Laurent de la Clergerie, figure incontournable du e-commerce français, a instauré l’année dernière la semaine de 4 jours auprès de ses collaborateurs. Il partagera son expérience à l’occasion d’une conférence Préventica Lyon.

Fondateur du Groupe LDLC, créateur d’une école numérique, propriétaire de nombreuses boutiques, conférencier… Laurent de la Clergerie est un entrepreneur dans l’âme qui ne perd pas de vue son objectif premier : assurer le bien-être de ses équipes. Pour cela, il a instauré la « semaine de 4 jours » en janvier 2021. Une méthode managériale qui, 1 an plus tard, s’avère particulièrement bénéfique tant sur le plan humain que professionnel.  

« C’est en lisant un article de Microsoft qui avait testé la semaine de 4 jours au Japon en 2019, pendant 1 mois, que la graine a été plantée. Je me suis demandé s’il serait possible d’appliquer ce concept à notre société. »

Temps, réflexion et aménagement ont porté leur fruit : LDLC a fini par basculer des 35 aux 32 heures. Si ses collaborateurs ont au début été surpris, voire même « apeurés » pour certains, ce changement a rapidement été adopté par tous. Pour que ce nouvel équilibre prospère, une certaine organisation a dû être mise en place.

« Les équipes fonctionnent par binômes. On travaille en semaine paire – semaine impaire. Les collaborateurs peuvent choisir à tour de rôle leur jour de repos et des rotations sont appliquées pour contenter tout le monde. ».

Il aura fallu entre 1 semaine et 3 mois aux équipes pour trouver leur rythme. 1 an et demi plus tard, l’entrepreneur est formel : pour rien au monde il ne retournerait en arrière tant bien-être et efficacité font partie intégrante du quotidien du groupe LDLC.  

« A la fin de la semaine les équipes sont reposées. Du fait qu’ils aient un jour complet de repos en plus cela change complètement la dynamique du travail. Ça n’a pas seulement amélioré la qualité de vie au travail, ça a amélioré la qualité de vie tout court. ».

Partagez :