Remettre le dialogue au cœur des services hospitaliers
Report de l'édition Lyon 2020 - Nouvelles dates prochainement

Remettre le dialogue au cœur des services hospitaliers

Remettre le dialogue au cœur des services hospitaliers

Dialogue social /// Risques Psychosociaux ///
/
L’Équipe Mobile d’Ergologie de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille sera au salon Préventica Lyon pour une conférence sur la démarche ergologique, intitulée : "Transformation du travail, dialogue des savoirs. Exemple d’une mission à l’Hôpital Nord de Marseille"

Lidwine Ropert est infirmière-ergologue. Elle fait partie de l’Equipe Mobile d’Ergologie de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille. Nous avons échangé avec elle au sujet de la démarche ergologique, une méthode où le collectif est remis au cœur des organisations.

Pouvez-vous présenter l’Equipe Mobile d’Ergologie (EME).

Notre équipe est composée d’une ergonome, d’une infirmière-ergonome, d’une cadre supérieure, psychologue clinicienne et ergologue et d’une infirmière-ergologue. L’aspect ergonome de notre équipe permet d’avoir un regard sur des aménagements de poste, sur les espaces, les normes du travail. Nous intervenons généralement suite à une demande sur une problématique de dégradation de conditions de travail dans un service, mais nous pouvons aussi faire de la prévention.

Tout le monde peut faire appel aux services de l’EME : le personnel peut être demandeur, la médecine du travail, les directions de service mais aussi les directions de site hospitalier.

Qu’est-ce que l’ergologie ?

Basiquement, l’ergologie c’est l’étude du travail. Le principe de base est que seuls les travailleurs eux-mêmes sont à même de penser et transformer leur travail. L’ergologie remet le travailleur au cœur de son environnement. Notre équipe travaille à améliorer la qualité de vie au travail en mobilisant une approche de terrain dans différents services de l’hôpital.

Après une phase d’analyse des normes qui sont inhérentes au service concerné, nous mettons en place des observations de terrain. Nous observons ce que font les gens et nous leur demandons pourquoi et comment ils le font. Nous passons ensuite à des Groupes de Rencontre du Travail (GRT) pour permettre de provoquer un dialogue entre les différents acteurs d’un service et de faire émerger des pistes d’améliorations co-construites.

En ergologie, la notion du collectif de travail est essentielle.

Le collectif c’est l’essence même du Groupe de rencontre de travail, non ?

Tout à fait. Le GRT est le point d’orgue de notre démarche. Il permet de rapporter les observations que nous avons faites sur le terrain. Pendant ce moment, un membre volontaire du service rapporte une situation de travail, puis nous allons faire dialoguer tous les corps de métier sur cette situation de travail.

L’idée n’est pas de dire ce qui a été ou pas, ce n’est pas une analyse de pratiques. Il s’agit de permettre d’échanger son point de vue et de proposer des axes d’amélioration.

Votre équipe, vous l’avez dit, intervient aussi en prévention.

Fortes de huit ans d’expérience, nous mettons également en place des formations pour agir en amont. L’une d’elle concerne d’ailleurs le GRT. Nous donnons des clés pour que les gens puissent animer eux-mêmes des Groupes de Rencontre du Travail. Nous faisons aussi des formations pour prévenir la violence, et faire en sorte qu’une situation ne dégénère pas. Et enfin, nous formons à l’analyse du langage corporel, qui là aussi, vise à anticiper un conflit en identifiant des signes d’alerte non-verbaux.

Découvrez plus de détails sur la démarche ergologique et le cas du service des Urgences de l'Hôpital Nord de Marseille, lors de la conférence "Transformation du travail, dialogue des savoirs" au salon Préventica Lyon.

Partagez :